Subscribe to Libido Sexualité Subscribe to Libido Sexualité's comments

Les familles Groseille et de Quenois ont enfin déserté les plages, chacun repartant vers leurs servitudes grises pour les uns,  dorées pour les autres.  Servitudes quand même. Et nous, les Groseilles ou les de Quenois, selon que nous habitons les hauteurs de la Californie ou les quartiers  plus populaires de Cannes, nous pouvons nous rapproprier le sable du bord de mer et son eau salée pour s’y baigner, le soleil pour s’y dorer. Nous disposons de nos deux mètres carrés cinquante de plage sans que la rabane du voisin empiète sur notre serviette. Il ne s’agit plus de barboter comme les canards de la mare d’Eugénie (la grand mère) mais de nager aller-retour en poussant aussi loin que le permettent les balises de sécurité à ne pas dépasser au risque de se faire trancher par les hors-bords qui sillonnent le large.

Appliquée à faire la grenouille, mains et jambes déployées et ramenées au rythme du souffle des poumons fatigués par la moiteur de l’enfermement quasi monastique de ce mois d’août, ma tête vagabonde et invente  un nouveau concept haut de maillot : des fleurs à poser sur le bouton des seins pour les habiller joliment.  Le bouton figurerait le cœur, les pétales s’ouvriraient sur l‘aréole cachant tout en soulignant les deux globes au lait tari mais toujours précieux rappelant le temps  où tétés par l’enfant, aimés par l’amant, les seins comme deux nénuphars solitaires flotteront  au fil de l’eau.

L »habit ne fait pas le moine, ni les fleurs des fruits du Jardin d’Eden, pas plus qu’une nageuse occasionnelle n’est une naïade, ni une femme culottée d’un maillot à écailles sur des fesses rebondies n’est une sirène…

La mer est haute ce matin à huit heures, elle déferle sur le sable laissant très peu de place pour s’y installer. Ventre plat et longues jambes, une fille rousse  a monté un rempart de sable avec vide sanitaire pour protéger sa serviette de l’assaut des vagues; certainement une architecte… L’édification terminée, elle enlève la pince de ses cheveux qui se répandent sur ses épaules en cascade cuivrée, dénoue la soie légère de son cou et plonge dans l’eau bleue encore propre, les lunettes de soleil toujours rivées sur son nez…

Quoi de neuf en ce début d’été indien qui s’annonce torride?

Oasis, le groupe, n’est plus qu’un mirage. Les frères Gallagher se sont tapés dessus en back-stage de Rock en Seine. Dissous le groupe et la tournée. Michael qui refusait de vieillir n’en finit pas de renaître avec le Moonwalk dans les jambes de ses fans et lui-même disparu dans la galaxie. Endormi, à tout jamais. Le dernier des Kennedy a aussi quitté ce monde, entombé près de ses frères.  Paix à sa grandeur. Les syndicats se préparent à attaquer la rentrée aussi fortement que la grippe A dont les 94 millions de doses-vaccins mobilisées sont prêtes à vous être injectées.  Oui, oui à l’automne. Personnellement je vous laisse généreusement ma dose car je tiens à fêter d’autres anniversaires, à commencer par celui du 31 août.

Avez-vous fait le plein de rires? Éloigné le stress? Consolidé vos défenses immunitaires? Oui! J’entends le chœur des fans qui me rassure et m’assure avoir suivi les conseils de http://www.libidosexualite.com/ tout au long de l’été et qui comme moi offriront leur dose de vaccin. Sympa non?

Allez bonne rentrée !

Le lapsus ! À lui tout seul, le mot lapsus contient deux représentations imagées : la première concerne le temps dans son intervalle : laps, et us : l’usage, les traditions, les us et coutumes. La seconde image peut concerner ce qui se passe pour un chat (par exemple) dans le fait de boire : il lap-e- et la seconde partie -sus- est la période orale de l’enfant qui tète. En tétant ce dernier suce le sein de sa mère. L’animal lape et l’enfant suce. Toutes ces actions se retrouvent dans le laps de temps qui est d’usage dans l’enfance où il n’est pas rare pour un enfant de faire le chat en lapant  son potage à même l’assiette, après avoir sucé le sein de sa mère. Ceci est une petite digression  en forme de récréation  sur  le lapsus qui est toujours révélateur de désirs inconscients.

Mais le lapsus n’est pas du langage des oiseaux quoique l’on puisse se servir de ce mot pour en faire. Je vais donc évoquer un beau lapsus fait par un homme que je massais une fois par semaine et cela depuis plusieurs mois. Il me fit comprendre à plusieurs reprises que là où il allait avant, la personne qui avait cessé son activité, le massait en terminant par une libération. Oui, c’est le mot que la plupart des hommes emploie pour savoir comment je termine le massage : « Y a-t-il une libération?  » demandent-ils invariablement au moment de prendre le rendez-vous. Ce à quoi je réponds si je suis de bonne humeur « Pourquoi vous êtes enchaîné à votre sexe ? »

Donc, ce monsieur que j’appellerai Jean pour l’occasion, était patraque ce jour là et se mit à tousser pendant le massage.  « Vous êtes enrhumé, il faut vous soigner, Jean ! » «  Oh! non, je ne suis pas malade  » me répond-il  et enchaîne « Je mousse beaucoup et touche peu, mais ça va passer!  » Je retins mon rire en lui demandant de redire ce qu’il venait d’exprimer et à ma stupéfaction il répéta la même phrase en essayant toutefois de la dire autrement sans y parvenir : « Heu! Enfin, oui, je mousse beaucoup et touche peu ». Je lui fis remarquer le beau lapsus. Jean, à la limite de l’agacement, s’énerva presque: « Oh! ça va!!! »

Connaissant le désir de Jean, ayant eu au fil des séances des confidences de sa vie conjugale, je mis ce lapsus sur le compte du désir non satisfait ni par sa femme encore moins par moi. Il avait recours à soixante treize ans à la masturbation et il espérait que je prenne le relais puisque Jean en avait assez « que sa main soit la seule à le faire mousser qui plus est sans toucher quoique ce soit d’une autre qui viendrait nourrir son fantasme « 

Vous l’aurez compris « Je mouche beaucoup et tousse peu » était ce que voulait dire Jean.

Cet article édité en Janvier 2009 a ouvert le blog www.libidosexualite.com/Parce qu’il a obtenu un franc succès  en voilà la réédition pour clôturer le mois d’août. Passez un beau week-end.

Rêver encore

Rêver d’un monde main dans la main pour former une ronde d’amour.

Rêver éveillé à la pause des armes pour désamorcer les implosions cellulaires qui dévastent le corps;  à des feux dévastatueurs qui brûleraient les monstres intérieurs qui nous rongent et en répandre les cendres comme engrais..

Rêver de transfusions d’énergie d’elle vers lui, de lui vers elle..

Rêver. Rêver à une vie meilleure c’est maintenant ou jamais.

Rêver de douces frustrations nécessaires qui n’engendreraient que de petits manques satisfaisant nos désirs sans obsessionner; rêver de films criants de vérités essentielles, de chants d’amour sans épines appliqués en baumes lénifiants.

Rêver de réveils enchantés aux paroles de miel épicé d’Orient.

Rêver de murmures de ruisseaux serpentant dans la vallée, s’engouffrant dans la grotte qui est là et t’attend.

Rêver de bougies dont la cire scelle d’un rouge tendre nos vies à tout jamais.

Rêver d’abolir l’ignoble;  rêver de chaînes déliées, de mots libres comme l’air dépollué, d’un lâcher joyeux d’émotions pour tout embraser; d’espaces où l’on pourrait tout se dire en toute impunité; de soleils jaunes citron juste ce qu’il faut acides pour saliver.

Rêver de corps souples avançant sans entraves vers la liberté; d’esprits légers comme des âmes qui savent où se poser;  d’enlever les masques des Amants du tableau de Magritte et  transformer la mascarade en un long et doux baiser.

Rêver d’arrêter le temps sur les instants magiques pour revivre, couchés en boule, l’éternel retour.

Rêver de ne jamais dire adieu à ceux qu’on aime mais aurevoir on se retrouvera ailleurs, bien vite.

Au son du dub, repiqué d’un commentaire de Vera, (voir l’article « Eros, l’amour ailé » du 17 février sur ce site),  nous parlerons de rose…  Montez le son. C’est parti!

http://www.nadinespinoza.com/cube/leili/interview.htm

Ce matin, réveillée par le chant mélodieux du rossignol, le teint frais comme une Rose,  je dispensais  mes joues du fard « Rose des sables » qui habituellement les colore. Un je ne sais quoi me persuadait que la vie n’est pas aussi triste qu’elle le paraît quelques fois. Dans ma tête la chanson de Piaf   » La Vie en Rose » tournicotait comme le carrousel de la Croisette près du Palais. D’un naturel à voir tout en rose, l’optimisme matinal m’étonnait à peine mais traçait déjà des signes de préciosité comme le Bois de Rose, mélange de plusieurs arbres d’Amérique du Sud qui en fait un bois précieux. D’où venait ce soudain romantisme, loin de toute sentimentalité à l‘eau de Rose? Pas  des roses thé séchant dans la coupelle en cristal bleu de Bohème? Pas des bras qui m’enlacent ni de murmure tout bas à mon oreille, comme le chante Édith? Pas de téléphone rose ou de minitel rose; ces choses là, loin de sentir la rose, n’attirent que certains hommes et les déshonorent. Pas du Roman de la Rose ce poème allégorique, ce chefs-d’œuvre Médiéval qui relate la quête amoureuse dans un  merveilleux univers? Alors quoi?

Le souvenir peut-il faire ressurgir des émois colorés de rose? Sans épines? « Quel intérêt une rose sans épines ? » proteste le Petit Prince. Sa Rose est précieuse, elle lui parle de la vie avec ses fragilités et son point final qui arrive trop vite.  Ma Rose de ce matin, celle qui a inondé ma journée, décline dans sa palette de couleurs les sentiments qu’elle symbolise. Son blanc évoque la pureté ; son rose celui de la tendresse et son rouge crie la Passion.

Le printemps est passé, l’été s’achève. Les roses ne parlent plus d’amour mais bien d’un passé révolu que l’absence a flétries. La main en avait délicatement coupé les tiges pour les disposer, séchées et racornies, dans la coupelle bleue en cristal de Bohème. La pensée encore vive du symbole floral a arrêté cette même main prête à les jeter pour leur cacher la flamboyance de l’automne  à laquelle elles ne participeront pas et la froideur de l’hiver qui cache toujours un printemps dans son cœur.

Le point final arrive trop vite…

Rire et Rêver

Vous riez jaune aux vacances qui s’achèvent alors qu’il serait plus rigolo de vous remémorer les grands fous rires qui les ont égayées. Avez-vous remarqué? Quand le rire éclate aucune digue ne peut le retenir. Le rire surgit dans le corps après avoir percuté le cerveau; tous les muscles du visage se mettent en mouvement. Le rire provoque des sons, des borborygmes  qui à leur tour vont faire redoubler  le rire. Plié en quatre par des spasmes incontrôlables, les soubresauts d’origine nerveuse secouent le corps  et peuvent même déferler en pleurs. C’est à mourir de rire. D’ailleurs certains en sont morts. Mort de rire ou  -lol- selon que l’on appartienne à l’une ou l’ autre génération.

Et pourtant! Preuves à l’appui le rire guérit. En produisant des endorphines, des hormones de croissance, il stimule le système immunitaire. Rire éloigne le stress, fait chuter le diabète des non insulino-dépendants, ainsi que le taux  des lipides dans le sang. Par contre il fait remonter le  bon cholestérol. Rire est donc un excellent remède puisqu’il donne, comme l‘amour, du plaisir; il jouit des mêmes propriétés efficaces contre la maladie.

Le rire est selon le Papa de la psychanalyse comme le rêve. Freud ne se gênait pas pour balancer, durant les cures, des vannes humoristiques à sa patientèle. Des blagues coquines, évidemment sexuelles, avaient sa préférence. Intelligentes, évidemment! En voilà une: Un roi parcourt ses terres. Dans la foule il remarque un homme qui ressemble étonnamment à son auguste personne. Il lui fait signe d’approcher et lui demande : « Votre mère a-t-elle un temps servi au palais? » « Non, votre Grandeur », répond l’autre, » mais mon père , oui »

Comme le rêve, le rire est le produit de l‘inconscient. Tous les deux ont leur source dans le corps. Tous les deux emploient le même chemin : condensation et déplacement. Ce cheminement, une fois parcouru, pour ce qui concerne le rêve et compris pour ce qui concernent la plaisanterie, l’humour ou la blague, ce cheminement fait sens. Sens pour le rêve interprété; sens pour la plaisanterie exprimée par le rire. Le rire, toujours d’après Freud, est une soupape de de sécurité psychologique qui allège la pression du refoulement.

N’essayez pas d’arrêter le fou rire, il est une écluse ouverte actionnée par les vannes du refoulé. Le rire comme le rêve font sauter le censeur intérieur. Sans barrage, sans  interdit, rêver, rire  permet de libérer tout le réprimé, toutes les frustrations, tout ce qui a été maintenu avec force dans l‘inconscient, (au nom des exigences morales ou sociales).

Dernier week-end, dernière ligne droite avant la rentrée. Les vacances s’achèvent? Et alors! Profitons de ces quelques jours pour engranger le soleil dans nos mirettes, l’amour dans notre cœur et notre corps, les  fous rires dans nos rêves. Remplissons nos valises de beaux souvenirs pour retrouver ce beau butin, le faire fructifier jusqu’aux prochaines vacances.

Passez un beau dimanche!

Avez-vous remarqué que le verbe Aimer est employé à toutes les sauces? Qu’il est, comme le disait Jean Cocteau, « difficile à conjuguer; son passé n’est jamais simple; son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel ». Nous allons donc explorer les différentes façons d’aimer, à la manière du :

Masochiste : j’aime croire qu’il reviendra. Sadique : il aime lui faire mal pour en jouir. Religieux : aimez-vous les uns les autres.

Scato :  bien qu’il la traite comme de la merde, elle l’aime. Maternel : j’aime l’enfant en chaque adulte.

Gourmand : j’aime les profiteroles au chocolat. Joueur : j’aime gagner. Sportif : j’aime en baver pour être le premier.

Cinéphile : j’aime le dernier Almodovar. Nature : j’aime me baigner dans la mer sans méduse.

Spirituel : J’aime la conscience énergétique qui m’habite. Érotique : j’aime faire l’amour sous la pleine Lune. La vie : j’aime rire, chanter surtout au lever du Soleil.

Littéraire : j’aime l’Amant de Lady Chatterley. Jaloux : elle n’aime pas quand il aime  d’autres femmes qu’elle.

Narcisse : je m’aime. Autonome : j’aime voler de mes propres ailes.  Dépendance : j’aime les cigarettes bien roulées, le whisky sans glace.

Liberté : j’aime pas les chaînes. Amitié : sans elle on ne peut évoluer, sans elle le verbe aimer est un vain mot…

Différemment du français, il existe deux verbes distincts pour dire aimer d’amour et aimer la paella en espagnol. S’agissant du sentiment amoureux on dit Querer et amar : te quiero, te amo : je t’aime (d’amour).. To love. « I love you » exprime la même chose que précédemment dans la langue de Shakespeare. (Love, tout le monde connaît ce mot y compris ceux qui ne parlent pas cette langue.) L’autre sens du verbe aimer, concerne le riz – pour la paella – les brocolis ou quelque aliment de votre choix,  se dit  « gustar » (à prononcer goustar, en roulant le « r » s’il vous plaît) – « me gusta paella » révèle autre chose et concerne « avoir le goût pour« , apprécier.  Like (aimer bien, trouver bon).

Le verbe Aimer est tellement  galvaudé qu’il ne veut plus dire grand chose. Le dire est facile; pratiquer le sentiment d’amour est beaucoup plus difficile. Accordons au verbe Aimer une place de choix en ne l’accouplant pas avec des mots comme « bien, beaucoup, un peu, passionnément, à la folie » comme dans l’effeuillage de la marguerite. « Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…cette comptine s’achève par « point du tout »: je t’aime… point du tout. Terrible, non?

Préférons décliner le verbe Aimer dans un ciel étoilé où chaque étoile préfigurera une infinie preuve d’amour pour l’élu(e) de notre cœur, si nous y croyons encore. Ou alors taisons-nous.

D‘hystéricon, où s’originent les mots hystérie et utérus, dont on a gardé la dernière syllabe « con« , rappelle l’absence de pénis. Traiter un homme de « con » est une injure qui le dépouille de ses attributs virils. Le con étant le sexe de la femme, dire à un homme qu’il est « con » revient à le traiter de femme…Ainsi mesurerait-on la valeur d’une personne à cet appendice ou à son absence ? D’ailleurs la circoncision, castration symbolique,  consiste à ôter le prépuce, celui-ci étant considéré comme féminin et en figure le vagin dans lequel est fourré le gland masculin. Ainsi l’homme est dégagé dans son corps de tout élément féminin. La circoncision met en place la séparation d’avec la mère qui, en éliminant ce petit bout de chair,  contribue à renoncer symboliquement à la bisexualité divine – Dieu s’est fait homme et pas le contraire. La circoncision marque à la fois la nature humaine, donc mortelle,  et la masculinité; …mais aussi la récupération symbolique du fils par le père en devenant le premier acte de la différentiation sexuelle. (Elisabeth Badinter in XY- De l’identité masculine).

Nous savons que l’idéologie sociale est essentiellement phallique. Du masculin, on ne retient que la forme pénienne  qui par la taille du pénis, le petit de l’homme se mesurera à la verticalité paternelle, rêvant d’atteindre au plus vite et la grosseur et la longueur pour supplanter papa et atteindre maman. A l’âge adulte c’est souvent au travers de sa compagne que l’homme essayera d’atteindre la mère

D’ailleurs, cette citation « L’homme est une chose, qui, un jour, est sorti de la femme et passe toute sa vie à tenter d’y retourner »   confirme : La femme est la cause de l’enfant et c’est bien à ce titre que chaque être humain sur terre est sorti d’un con: « Il est temps de faire/ La définition/ De ce mot espiègle/ Qui échappe à la règle/ Plus noble qu’un aigle/Dans sa condition/ Ce mot vous le dites/ Censeurs hypocrites/ Établissez vite/ Son vrai sens profond/ Car si on l’ausculte/ Au lieu d’une insulte/ On peut faire un culte/ Du joli mot con. Pierre Perret chante ainsi le con, dans « Celui d’Alice » après  qu’Aragon en ait fait l’éloge dans « Le con d’Iréne ». Cela n’a pas pour autant fait disparaître la connotation vulgaire et injurieuse de ce petit mot dont la traversée à sens unique a peuplé la terre. Pourquoi tant d’éloges pour le  sexe d’homme et tant de mépris pour le sexe de la femme?

Conseil aux  hommes : arrêtez de glander et respectez les cons…

Aline, mère d’un garçon unique de 11 ans est arrivée totalement désorientée, titubant presque en rentrant en consultation. Où Aline  avait-elle laissé  la belle assurance que je lui connaissais en tant que  patiente? Pas besoin de la prier pour qu’elle raconte l’objet du remue-ménage intérieur  qui l’affectait :  »  Depuis quelques semaines Marvin, est excité comme une puce; pour s’exprimer il n’emploie que des mots grossiers; quand il est sur le canapé et de préférence quand je suis dans le salon, il  serre sa bistouquette (?) entre ses cuisses et se donne du plaisir. Évidemment je suis choquée, le lui dis;  je lui précise que la chose là, assurément agréable, qu’il auto pratique doit se faire dans sa chambre, quand il est seul! »

– Voilà une bonne réponse qui ne devrait pas vous mettre dans cet état! – « Oui, non, rétorque t-elle, c’est la suite qui me perturbe » – Je l’engageais à me raconter cette suite qui  manifestement la tourneboulait.

« Les femmes ont deux sexes m’a soutenu Marvin avec l’air effronté de celui qui sait! – « Savez-vous d’où lui vient cette information saugrenue? – Oui, il m’a avoué avoir regardé chez ma sœur un film X en pleine nuit, pendant que je dormais. Deux hommes enfilaient une femme avec leur gros machin, un dans le sexe de devant l’autre dans le sexe de derrière! Ce sont ses mots! C’est horrible! Je n’ai su quoi répondre et depuis je pleure devant le vice de mon fils…

Rassurer Aline était une priorité : son fils n’était pas plus vicieux que n’importe lequel des enfants de son âge mais tout simplement curieux de la chose interdite, jamais parlée. A 11 ans un garçon, pré-pubère, doit s’arranger avec la montée fulgurante des hormones. La manière provocatrice est le moyen qu’il a trouvé pour en parler avec sa mère. Avec ses mots, dire ce qui a été vu et qui dépasse certainement son entendement. Et dire dans  l’urgence ne s’énonce pas forcément dans les règles de l’art de la bonne éducation (stérilisée) que Marvin a reçue.

Éducation stérilisée étant donné que les mots tels que masturbation, pénis, anus, vulve, ne sont jamais prononcés par Aline quand elle s’adresse à son fils pas plus qu’elle ne les emploie quand elle  parle de son fils. Comme si ces mots là ne pouvaient franchir ses lèvres. Bâillonnée. Aline comme beaucoup de parents ne savent pas quoi faire avec les mots du sexe. Encore moins les employer à bon escient.

Je demandais alors à Aline s’il lui arrivait encore de moucher son fils. « A 11 ans? Vous voulez rire! Pourquoi une telle question? -« Que faites-vous quand son nez coule, si vous ne le mouchez pas? – Je lui dis d’aller moucher son nez avec un kleenex. – Il faut donc lui parler de la sexualité de manière aussi naturelle qu’un nez à moucher. Marvin a vu une femme se faire sodomiser. La sodomie d’une femme, que Marvin interprète comme étant son deuxième sexe,  pendant qu’un autre lui pénètre la vulve est non seulement choquant pour un enfant mais qui plus est, lui incruste des images d’une grande violence, inadéquates à cet âge. Ces images traumatisantes perturbent les enfants; elles ont le pouvoir de faire de la pornographie un modèle de la sexualité adulte comme étant la norme sexuelle…   Il est urgent de dire les mots adéquats, comme on le fait pour parler du visible nez au milieu de la figure. Il est urgent de nommer les organes génitaux et tout ce qui touche au sexuel avec les noms appropriés, simples, sans sous-entendus honteux ou vulgaires, pour les normaliser.  Et ceci afin de préserver les enfants qui n’auront pas à aller chercher dans le cloaque de la pornographie, lieu malsain par excellence pour les enfants. Rien, dans les relations sexuelles entre adultes conscients et consentants n’est sale ni dégradant…Il en va tout autrement pour les enfants. Appeler un chat un chat, un sexe d’homme un pénis, un sexe de femme une vulve… Vous êtes choqué?

Les mots tus tuent. Ils déguisent les adultes en devenir en pervers en puissance. Voyeurisme, exhibitionnisme, sadisme sont les comportements de pervers et le résultat de scénarios figés, condition de la jouissance pour ces personnes.

(?)A propos de bistouquette employé par Aline pour désigner le pénis de son fils : coup d’oeil sur le dictionnaire pour vérifier l’existence de ce mot. Non, il n’est pas dans le dictionnaire (pas  dans le mien en tout cas). Par contre  j’y ai trouvé le  bistournage : procédé de castration des animaux domestiques par torsion des cordons testiculaires. Je crois que c’est un peu ce qui se passe avec les enfants : une castration psychique quand on ne nomme pas les choses du sexe…

J’ai le plaisir et la joie de vous informer de l’ouverture du site http://www.therapeute-en-ligne.com/ afin de satisfaire aux demandes que j’ai reçues, aussi bien personnelles que via le blog  (voir commentaire ci-après)

Je trouve largement mon compte dans vos “chroniques” pertinentes, riches, originales, et si fines.
Mais je constate, au fil des jours, que, malgré tout ce qu’elles m’apportent et même si elles étaient quotidiennes, j’ai besoin d’un échange personnel avec vous, pour approfondir ce lien de confiance qui s’est tissé au fil des semaines.
Je souhaite pratiquer avec vous une thérapie à distance (vu notre éloignement géographique).
Que me proposez-vous pour commencer : rendez vous téléphoniques ou sur hotmail, vidéo conférences, échanges de mails?
Merci de me dire sous quelle forme se fera le paiement.

Que vous soyez femme, homme, adolescent et, où que vous soyez sur la planète Terre, vous pourrez entreprendre une thérapie en toute discrétion.

Quelle que soit votre problématique elle sera toujours considérée avec attention. La réponse, fidèle à  la déontologie et à mes engagements de psychothérapeute, sera rendue dans le cadre d’un échange où vous seul(e) aurez accès.

Être au plus près de vous avec confiance et conscience, maîtres mots du site http://www.therapeute-en-ligne.com/ que je vous propose de consulter.


Entre dépendances et fusion (voir les articles du 9 et 17 Juillet)  et après ces quelques jours de vacance, d’éloignement, de mise en distance thérapeutique – pour ne pas dire de détachement – Alexia revenait bien plantée dans ses terres, ayant retrouvé ses idées, non sans avoir, hors des séances, beaucoup travaillé sur les séances. D’une lecture d’un auteur psychanalyste, elle  retint une phrase :

« Le corps est à notre disposition et non l’inverse ». La suite de la lecture lui démontrait que si, par un quelconque mécanisme inconscient,  toutes les pulsions de vie se bloquent (désirs, plaisir) par des interdits, des frustrations, le corps ne sert plus à rien. Sa belle mécanique est obstruée par le grain de sable de la frustration, tous les rouages, physiologique, physique, organique enrayés,  tel un moteur sans énergie, le corps sans force ne peut se propulser. Les désirs bloqués vont à leur tour interférer sur les mécanismes de l’agir et seront un empêchement à vivre une réalité différente, une réalité autre que celle proposée par la vie que l’on s’interdit de vivre.

Ainsi Alexia pointe de sa réflexion son compagnon virtuel et s’aperçoit de l’effet détourné qu’a son absence de prise de décision et / ou son incapacité à rompre le schéma dans lequel il est tenu prisonnier qui se signale par le symptôme douloureux, incapacitant, handicapant du mal de vivre. « A quoi sert de rallumer un feu par l’intermédiaire d’une page virtuelle toujours éteinte »,  me confia joliment Alexia. « La tristesse qui s’est emparée de moi maintenant s’estompe en laissant la place à un souvenir nostalgique. C’est comme un deuil qui s’accomplit, précise t-elle. Il faut du temps!…  » « Et  seul le temps permet la compréhension de tous les ressorts inconscients qui ont amené à cet attachement! ajoutais-je.

Le deuil de cette relation, comme le constatait Alexia, se faisait lentement, prouvant à l’évidence, l’interdépendance du vécu, des actes passés qui conditionnent le présent. Lentement mais sûrement elle vivait les différents stades du processus de deuil. En passer par ce processus salutaire lui évita de transformer le deuil en mélancolie, en deuil pathologique dont on se remet difficilement.

La colère est une des expressions du processus de deuil. La colère surgissait là où elle ne l’attendait pas, sans raison apparente, sans objet précisément défini. Elle explosait à la moindre étincelle comme une braise enfouie enfin libérée des cendres.

La séance se termina avec des « devoirs » à faire afin d’identifier l’origine de cette colère qui de toute évidence n’était pas née d’hier mais le reflet d’émotions enfouies qui refaisaient surface. Elle sortit son paquet et son briquet et attendit d’être dehors pour allumer sa ciagarette.

Continuez de belles vacances…