Subscribe to Libido Sexualité Subscribe to Libido Sexualité's comments

Halloween !!! Ce mot dont l’étymologie purement anglaise qui découle de ALL HALLOW EVEN  signifie textuellement « le soir de tous les saints du Paradis ». Cette fête folklorique d’origine celtique dont les enfants du monde entier raffolent  (y compris en Chine, en Russie) est à l’origine une fête religieuse « Samain » en Irlande et nommée Samonios chez nos ancêtres les Gaulois; Samain se déroulait sous l’autorité des druides pendant 7 jours. Halloween a été transportée dans les baluchons lors des grands déplacements des immigrants catholiques Britanniques sur le continent Nord Américain. Halloween correspond à la fête chrétienne de la Toussaint instituée au IX siècle par le Pape Grégoire IV. Voilà pour situer un peu la provenance de cette fête devenue dans les pays  de langue non anglaise une date intermédiaire avant Noël et le premier de l’an dont les retombées commerciales arrivent en troisième position pour les ventes de friandises et chocolats.

Halloween résonne avec la saison d’automne où les nuits de plus en plus longues favorisent le rapport au mystérieux, au sombre, à tout ce qui peut épouvanter, évoquer la mort, la magie et les monstres; les fantômes, les sorcières, les vampires, les chauves-souris, les hiboux, les squelettes, les maisons hantées, les chats noirs, araignées… Tout cet arsenal de terreur nous le retrouvons dans les films d’horreur dont les Américains sont spécialistes, personnifiés par Dracula, Frankeinstein et bien sûr les momies.

Orange et noir sont les couleurs de Halloween, dont France Télécom s’est inspirée pour lancer sa marque de mobiles « Orange »… La citrouille n’a pas seulement un aspect décoratif mais elle fait partie intégrante de la traditionnelle nourriture, avec les graines que l’on mange grillées,  sa chair dont on garnit les  tartes ou que l’on prépare en confitures ou en pains.

Pendant cette fête les enfants déguisés frappent aux portes en réclamant des bonbons, des friandises en clamant « des bonbons ou je te jette un sort ». C’est le jour idéal pour les enfants qui peuvent s’en « péter » le ventre.

Un peu partout sur la planète, (même le Japon commence à être envahit par les gadgets) Halloween se fête. Une particularité dans les Caraïbes, notamment sur l’île Bonaire où Halloween n’est presque pas fêtée, il existe une coutume où les enfants se regroupent et passent Halloween dans les confiseries au lieu de faire du porte à porte.

Halloween qui n’est pas une tradition française s’est seulement médiatisée au début des années 2000, pour devenir quasiment sans intérêt, voire carrément dépassée dès 2008. Halloween fête païenne, est proche des fêtes célébrées par les catholiques : la Toussaint le 1er  Novembre et la Fête des Morts le 2 Novembre. À cause de cette proximité de dates, l’Église Catholique Française a constaté que les non chrétiens s’intéressaient beaucoup plus au sens de la mort depuis Halloween. Suite à une enquête commandée au CREDOC (centre de recherche pour l’étude et l’observation de vie) par le syndicat des arts funéraires en 2005, il a été constaté une progression du succès commercial de la Toussaint.

La Toussaint jour de célébration de tous les saints est liée à la fête des morts. Au Vsiècle pendant les jours de Samain, le monde des vivants communiquait avec celui des dieux sur le plan symbolique.  Cette fête était l’occasion de rituels chez les druides, où l’on faisait banquets et beuveries, quasiment orgiaques.

Cette nuit ne vous étonnez pas, si, levant les yeux au ciel, vous apercevez des sorcières à califourchon sur leur balai, elles ne font que passer.

Fantasme, désir, orgasme, sexuel …profusion de mots qui sortis de leur contexte deviennent pornographiques.

La pornographie est la tendance perverse qui sous-tend toute l’économie. Actuellement  l’hyper-consommation gère l’économie et si l’on en croit le philosophe Dany-Robert Dufour la pornographie est devenue une activité ordinaire qui s’affiche, s’exhibe publiquement dans les comportements. Le sexuel s’expose dans la démesure où l’obligation de jouir semble être la seule voie possible. Une sexualité vite consommée (speed dating); un contact instantané via Internet Aka Aki (procédé comparé aux phéromones chimiques, celui-ci étant électronique). Voici parmi tant d’autres activateurs sexuels pour ne citer que les plus softs.

La pornographie dans notre monde est devenue une industrie majeure. Les chiffres sont éloquents : la pornographie génère à elle toute seule, un chiffre d’affaire de 1000 milliards de dollars par an. Plus que les industries de l’armement et de la pharmacie. Hallucinant, ahurissant, non?

L’obscène est partout. Tout,  tout autour de nous, incite à la jouissance. Dans le cinéma, la télévision, l’internet, dans tous ces divertissements des masses  intervient l’obscène. Dans la vente des programmes télé du MIPTV à Cannes viennent en tête du palmarès : le sexe, le jeu et la spiritualité, les trois pouvant se combiner allègrement afin de multiplier les retombées pécuniaires.

Les Anciens distinguaient trois formes de libido qu’ils nommaient concupiscence :

  • Libido  de la passion des sens et de la chair (concupiscence de la chair)
  • Libido impliquant la passion de posséder et de dominer toujours plus (concupiscence de la vie)
  • Libido qui demande à voir et à savoir (concupiscence des yeux).
  • On peut donc jouir  sexuellement mais aussi jouir en possédant, en dominant ou en se procurant de la jouissance par le savoir. Ces formes libidinales procèdent toutes du même processus qui consiste à exciter l’une des trois libidos en tenant éloigné tout ce qui pourrait empêcher cette excitation  d’aboutir à la jouissance.
  • Oh! Ce n’est pas tant la jouissance l’élément nouveau du fonctionnement humain,  de tout temps elle fut présente, mais la manière d’exhiber sa jouissance. L’exhibition, là est l’obscénité. Pour les Anciens philosophes il était obscène (malsain de porter au devant de la scène) de montrer ce qui devait être caché aux autres pour la simple et bonne raison que ce qui était vu pouvait être instrumentalisé par le jouisseur. Par cet acte de ne pas montrer aux autres découle le respect de l’autre qui interdit l’exhibition de la jouissance. Respecter l’autre, consistait à refuser sa libido (quelle que soit sa forme) dès lors qu’elle devenait envahissante,  dès l’instant où la personne était en compagnie ou se devait d’éviter l’expression de sa jouissance devant n’importe qui au risque de se retrouver à devoir pactiser…
  • Je vous souhaite de beaux rêves en attendant la suite qui ne saurait tarder.

J’ai le plaisir et la joie de vous informer de l’ouverture du site http://www.therapeute-en-ligne.com/ afin de satisfaire aux demandes que j’ai reçues, aussi bien personnelles que via le blog  (voir commentaire ci-après)

Je trouve largement mon compte dans vos “chroniques” pertinentes, riches, originales, et si fines.
Mais je constate, au fil des jours, que, malgré tout ce qu’elles m’apportent et même si elles étaient quotidiennes, j’ai besoin d’un échange personnel avec vous, pour approfondir ce lien de confiance qui s’est tissé au fil des semaines.
Je souhaite pratiquer avec vous une thérapie à distance (vu notre éloignement géographique).
Que me proposez-vous pour commencer : rendez vous téléphoniques ou sur hotmail, vidéo conférences, échanges de mails?
Merci de me dire sous quelle forme se fera le paiement.

Que vous soyez femme, homme, adolescent et, où que vous soyez sur la planète Terre, vous pourrez entreprendre une thérapie en toute discrétion.

Quelle que soit votre problématique elle sera toujours considérée avec attention. La réponse, fidèle à  la déontologie et à mes engagements de psychothérapeute, sera rendue dans le cadre d’un échange où vous seul(e) aurez accès.

Être au plus près de vous avec confiance et conscience, maîtres mots du site http://www.therapeute-en-ligne.com/ que je vous propose de consulter.

Il pleut c’est tout ce qu’il sait faire. Bien d’accord avec Brigitte Fontaine… La terre s’en réjouit, pour l’instant. Depuis deux jours elle réceptionne la gueule ouverte et avale les trombes d’eau qui s’épanchent du ciel. Dans sa phase assoiffée elle ingurgite  jusqu’à déborder. La nuit dernière, j’ai même cru que Dieu déménageait. Un tohu-bohu incroyable agitait  le ciel; là haut se jouait une scène de famille – œdipienne – entre le Père et ses enfants  fouteurs de désordre. D’ailleurs ce matin là, la météo  avait prévenu du passage en zone de turbulence orange lors de l’orage qui a sévi au plus fort en inondant la plaine du Var, en remplissant les bouches du Rhône,  en tordant les côtes d’Azur… L’interrogation du choix se fait lancinante. Faut-il, comme l’eau,  s’engouffrer sous la couette ou aller au cinéma ? Les deux, répondrais-je gourmande. Le cinéma d’abord et la couette ensuite.

Le premier film que je vous propose est MERES ET FILLES, la réalisatrice une femme, Julia Lopez-Curval, parle de femmes. Catherine Deneuve (Martine) est médecin. Profondément blessée dans l’enfance, abandonnée par Louise, sa mère qui s’est volatilisée, Martine est dure, sans aucune tendresse envers sa propre fille encore moins envers son mari, son frère.  Audrey, fille de Martine, (Marina Hands la merveilleuse Lady Chatterley) découvre dans la maison de Louise sa grand-mère, où elle loge le temps de sa visite à ses parents,  un carnet annoté de recettes de cuisine où se mêlent des pensées, des réflexions qu’Audrey fait revivre en reconstituant sa vie au  fantôme de Louise.  Au fil des pages l’histoire de cette parfaite femme d’intérieur, comme l’exigeaient l’époque et le milieu bourgeois des années 50, pointe son désespoir. La mère et la fille s’affrontent à petits coups rapides de paroles acérées.  Mais Audrey à force de persévérance, de fidélité et de solidarité féminine, rend la mère à sa propre mère, restituant au fantôme  grand-maternel  sa dignité de mère…Dans ce film trois générations  se racontent. Chacune parle de son temps où l’on parcourt le chemin long et difficile pour  accéder en tant que  femme à un semblant d’autonomie… matérielle et affective.

Le deuxième film, PARTIR, est aussi un film d’une femme réalisatrice Catherine Corsini. Là, le film raconte la passion dévorante d’un couple improbable. Elle, Christin Scott-Thomas, bourgeoise ronronnante d’ennui, devenue zombi dans sa belle demeure. Par des travaux d’aménagement de son cabinet de kinési elle va rencontrer son amant ouvrier du bâtiment. Un mari médecin, Yvan Attal superbe de machisme, imbu d’une toute puissance friquée, qui s’approprie avec panache les êtres – Ma femme, Mes enfants, Mes employés – les objets, – Ma maison, Mon cabinet. Troisième personnage l’amant, l’intrus malgré lui. Un ouvrier espagnol, Sergí López met le feu à cette belle quiètude; la belle lui tombe dans les bras sans qu’il ait rien demandé. Coup de pied dans la fourmilière, le monde de ces deux là chavire, jusqu’à la mort.

La problématique soulevée dans les deux films est  la position de la femme à travers le temps et  son rapport à l’argent quand de la loi du plus fort (l’homme, le mari) dépendent la bourse et la vie. L’argent jouant le rôle de décideur de vivre ou d’empêcheur de vivre décemment; l’argent représentant la lutte du pot de terre contre le pot de fer à celui qui en dispose et qui s’en sert comme d’une arme contre la femme. Dans les deux films, le nerf de la guerre est l’argent que les hommes possèdent, avec lequel ils  asservissent, l’autre, la femme, l’amour. L’argent, ciment au service de la cohésion familiale. Le décalage social entre les classes possédantes et les déshéritées, c’est aussi cela dont parle PARTIR…

Finalement rien ne change vraiment malgré les apparences depuis la moitié du siècle dernier…La pluie a cessé, le soleil rayonne de nouveau. Sachons en profiter.

Ouf! Enfin débarrassée de l’affligeante habitude consistant à téter un filtre d’une cigarette roulée avec application dans une feuille de papier très fin. Par une aspiration  goulue la fumée à la saveur âcre d’un tabac garanti sans conservateur, sans agent de texture, était avalée. Par cette manie, devenue plus un rituel qu’un plaisir, je m’autorisais des pauses « réflexion »,  des arrêts tabac comme d’autres font des arrêts pipi lors d’un trajet sur l’autoroute. Une pause comme un  prétexte pour trouver le mot qui convient à préciser au plus près ma pensée…Depuis trois semaines, non plus recroquevillée sur cette fâcheuse addiction, les poumons, ventilés par un souffle profond sans ajout d’aucune sorte, reprennent toute leur place; cependant le manque de nicotine se fait ressentir. Le chocolat par ses effets euphorisants vient compenser le manque.

Noir s’il vous plaît le chocolat. C’est bon pour la santé, c’est bon pour le cœur; c’est un allié contrairement au tabac qui détruit, le chocolat Noir est un remède. Permettez-moi d’insister sur la couleur du  chocolat. Il faut savoir que les protéines du lait interfèrent sur les qualités de la fève …

La fève de cacao est une mine de constituants essentiels tels que potassium, magnésium ( anxiolytique puissant) calcium, phosphore. Et hop!  une petite barre d’un noir à 74 %! minimum et avec elle nous sommes surs d’avoir notre dose de  fer; quelques carrés nous faisons le plein des vitamines A, de plusieurs  vitamines du groupe  B, la vitamine PP et la merveilleuse vitamine E. Qui l’eut cru qu’en croquant du chocolat et grâce à la vit.E contenue dans la fève de cacao, nous avons une arme délicieuse pour  lutter contre le vieillissement? De puissants anti oxydants y sont associés : polyphénols, tanins, les fameux flavonoïdes. En outre et après expérimentation (des hommes se sont dévoués) il a été remarqué que le chocolat était un excellent stimulant cardiaque, un efficace décontractant musculaire, un anti dépôt du mauvais cholestérol sur les artères, sans oublier l’intellect activé et l’effet euphorisant.

Plus que le thé vert, plus que le cassis et la myrtille, la fève de cacao détient la palme en concentration d’un flavonoïde, l’épicatéchine. Manger du chocolat noir  favorise la dilatation des vaisseaux permettant ainsi  au sang de circuler plus librement… Cela aurait-il une incidence favorable pour fortifier les érections ?A vous messieurs de me le dire, après avoir mangé du chocolat, évidemment. Cet afflux de sang chargé de flavonoïde inhibe l’agrégation des plaquettes, empêche les caillots de sang, entretient le cerveau et éloigne les risques de la maladie d’Alzheimer.

C’est bien connu qu’un coup de flip sera chassé par un carré de chocolat noir. Finalement il est bien facile de se faire plaisir tout en se faisant du bien. Tenez ! Essayez un petit massage avec une huile parfumée au chocolat. Oui, ça existe ! C’est un régal. Le massage ou l’huile ? Les deux ensemble, pardi ! Vous n’avez pas idée des vertus aphrodisiaques de l’odeur du chocolat associée au massage ! La séance terminée vous pouvez vous croquer mutuellement.  Un régal, vous dis-je !


Vous n’êtes pas sans savoir que les signes de reconnaissance sont aussi indispensables au nouveau-né que le sein maternel pour son développement harmonieux, plus que nécessaires pour qu’il s’en nourrisse, grandisse, se construise, s’organise psychiquement et physiquement. Satisfaire son besoin de reconnaissance est un besoin vital de la naissance à la mort. L’absence de signes de reconnaissance, et au delà de la souffrance qu’ils engendrent,  créent des manques tels que les carences s’installent qui peuvent conduire à la mort.

L’air que l’on respire, l’eau, la nourriture, le sommeil sont évidemment vitaux.  Or, l‘identité, le sentiment d’exister ne peuvent se construire sans les échanges et la qualité des signes de reconnaissance avec l’environnement. Aujourd’hui, nous vivons  dans un environnement paradoxal où la communication tient toute la place (médias, internet, téléphones portables…) sans pour cela que s’améliore la qualité relationnelle, bien au contraire il semblerait qu’elle se dégrade.

Alors? Qu’est-ce-que ce besoin vital dont on ne peut se passer aussi indispensable que les éléments dont on a parlé plus haut? Comment manifester sincèrement des signes de reconnaissance alors que la plupart d’entre nous en a manqué ( je t’aime, je t’admire, j’apprécie ce qui tu es)) ? A été blessé (quelle idiote!) ? N’a pas été stimulé ( c’est bien, tu vas y arriver). On ne nous a jamais appris comment s’y prendre pour dire ce qui va ou ne va pas. Le « ça va ? », balancé comme une épluchure de banane dans une poubelle, n’incite pas à répondre, « je ne vais pas bien, »  ou « oui, merci je vais bien » n’est-ce-pas ? Dans ce monde où tout va si vite, on répète comme un automate des « ça va » sans en attendre la réponse. On s’entrebise sans avoir la conscience de donner un baiser: (Au fait, je t’ai dit bonjour ?). Les relations quotidiennes (travail, famille, amis) ne sont que l’accumulation de désillusions, de frustrations, alors que nous avons besoin de tendresse et d‘attentions, d’être reconnu pour ce qui nous sommes.

Être touché est un besoin tant biologique que psychologique. Le couple, les amis, les parents avec leur enfant qui n’échangent pas de caresses, de contacts, de câlins, de paroles réconfortantes, de signes de reconnaissance, vont dépérir comme le nourrisson dont la mère se désintéresse de lui. En l’absence de toutes ces marques d’affection, d’amour, la  tristesse s’empare des individus… Les mots, les gestes sont vitaux pour toucher le cœur, stimuler les affects. Le Dr Spitz nomma sous le terme « d’hospitalisme » les carences affectives dont étaient atteints les très jeunes enfants devant rester longtemps dans des milieux institutionnels – prisons, maternités, orphelinat, hôpital.

Ce besoin psychologique fondamental, vital, incontournable est ce qu’on appelle le besoin de reconnaissance

Très vite nous en reparlerons. Je file sur les statistiques de <http://www.libidosexualite.com/ pour y lire les commentaires, autant de signes de reconnaissance dont j’ai besoin pour me relier à vous.

tabo-162tabo-161Beaucoup de femmes se plaignent de leur compagnon quant à leur sexualité virtuelle. Beaucoup d’hommes confirment la plainte se disant « accros » à des sites dont le contenu pornographique les  éloignent de leur partenaire. Ces sites, disent-ils, font appel à leurs fantasmes dont ils ingurgitent les images sur le mode passif  sans aucune obligation de résultat si ce n’est leur propre jouissance. La masturbation, partenaire  idéale toujours satisfaite, est l’objet assouvissant la pulsion…  J’entends déjà quelques agacements réprobateurs signalant qu’il n’y a pas que ça dans la vie, du sexe! Bien évidemment il n’y a pas que du sexe, même si  pour beaucoup  d’individus le quotidien s’articule autour de l’hyper-consommation qui  veut faire croire à la  jouissance immédiate. La technologie va de plus en plus vite pendant que la pensée, qui n’a pas le temps de suivre, se ralentit. Tout est fait pour mettre la personne en état de dépendances multiples et toute dépendance est ramenée au pulsionnel à satisfaire coûte que coûte. Et c’est en cela que chaque image produite fera du spectateur un voyeur ou un exhibitionniste, un sadique ou un masochiste ou encore un bourreau ou une victime d’actes qui se révèleront de nature purement sexuelle; en ce sens que l’imaginaire convoque les souvenirs, réactualise les traumatismes d’où ressurgissent les frustrations qui en appelant le manque réalisera le désir au travers du fantasme, celui-là même qui  pourvoira à l‘excitation.

« Tout est affaire de décor, changer de lit changer de corps »…Ainsi a écrit Louis (Aragon) ainsi a chanté Léo (Ferré). Sans changer de page nous allons changer de décor en évoquant nos amis.

Évoquer avec tendresse ces amis amoureux qui expriment avec pudeur, sur la pointe des mots, leur battement de cœur. Rassurez-vous ! Vous pouvez me dire sans complexe votre bonheur de vivre;  vous pouvez me dire la félicité d’avoir réuni vos deux moitiés d’orange et vous en servir de barque pour voguer  sur une mer étale aux eaux limpides…Permettez-moi de profiter de votre bonheur, d’en partager la joie, d’en apprécier les  rejaillissements; ce n’est rien que du plaisir qui laisse espérer des jours meilleurs pour  réveiller l’éros endormi… Pour chacun d’entre nous, souvent il suffirait de presque rien, comme un peu plus de travail pour ne pas avoir l’impression de perdre sa vie à vouloir la gagner; il suffirait de recevoir des mails comme des billets doux  pour ressusciter le fantôme nommé Djlésir; et pourquoi pas flirter avec un cœur libre qui passerait par là ? Tiens cueillons-le…Des choses simples, quoi ! Ne plus avoir à sublimer les manques  pour faire revivre l’inspiration, ne plus être terrifié par la désertion des mots, mais simplement écrire… L’espoir en bandoulière, nous pourrions aussi ouvrir une brèche où s’engouffreraient les maux  pour combler la solitude de volutes bleues de fumée qui ne seraient plus celles d’une cigarette mais celles des flammes d’un feu de cheminée. Arrêter de fumer et en être fier crée des satisfactions. On a les joies et les victoires que l’on se donne !

Pour le moment ce ne sont pas les infos ahurissantes balancées à la radio dès potron-minet qui changeront les états d’âme qui côtoient le bord du gouffre. Il est inutile de chercher à  identifier un événement perturbateur en particulier  puisque, les news débitées en un vrac  pathétique assorti d’une certaine lassitude, heure après heure, une profusion d »oxymores nous sont régurgités, de quoi faire disjoncter n’importe quel écrivain de SF.  Mais là un D se glisse entre les lettres  S et F et ce n’est pas de la Science Fiction, quoiqu’on pourrait le croire. SDF en fait c’est cela qui a plombé ma journée de samedi. Une Miss SDF a été élue. Oui, oui, vous ne rêvez pas! A 53 ans cette femme se disait fière d’avoir, enfin, GAGNÉ. Elle qui toute sa vie a été bordée par la mère misère. UN JOUR (un jour seulement) elle sort de l’ombre. Son élection la propulse  sur le devant de la scène.  Elle a gagné  le titre de Miss. Qu’importe les lettres qui viennent ensuite.

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » Chante Ferré, chante. Continue à chanter dans tes cendres.

Si nous continuons à poursuivre le sens nous  finirons bien par le trouver, non ?  Même s’il doit être sens dessus-dessous, histoire encore de donner du fil à tordre pour le remettre à l’endroit…
Comprenez-vous ce que je dis, là? Oui, eh, bien tant mieux !

Bon dimanche.

Qu’arrive t-il à Lyli pour afficher un tel titre? Certains d’entre vous se poseront la question. D’autres (la plupart) vont se jeter dessus en pensant y découvrir, du graveleux, du vulgaire, du coquin, un moyen d’attirer  l’attention. Chacun de vous aura raison. La minorité (celle qui se pose des questions) sera rassurée, tandis que la plupart, que les faits divers attirent comme le fait l’aimant(et non l’amant) pour la  limaille, n’y trouvera pas son compte. Tant pis!

Voyez-vous, moi aussi je me pose des questions. Des questions à moi-même (seul moyen d’avancer) mais pas seulement. Je m’interroge sur le degré d’intérêt que, vous,  lectrices et lecteurs (moins nombreux) vous avez à visiter le blog et j’aimerais en savoir plus sur ce que celui-ci vous apporte. Pour ma part une certaine curiosité presque enfantine, m’a fait jouer avec le nom du blog (http://www.libidosexualite.com/) pour en dernier ressort, en accepter la proposition qui m’a été faite de ce titre, un tantinet provoquant, j’en conviens; mais là encore pas seulement! Loin de moi l’idée de me justifier, j’assume mes choix. Par contre je  tiens à rappeler l’importance  de la sexualité qui nous donne la vie et pourquoi pas, non convaincre mais  partager mes idées et mon intérêt conscients  qui concerne tous les êtres humains doués de réflexion. Et des dégâts que la sexualité entraîne quand elle est vécue sans respecter cette vie même qu’elle nous a donnée.

D’après les statistiques que je consulte tous les matins pour voir le nombre de visites (augmentant de jour en jour, merci à chacun de vous) et m’étant aventurée plus avant dans les détails, j’ai pu y lire que les mots fortement connotés sexuellement ont le plus de succès. On s’en serait douté. Partant de cette constatation j’ai pensé que les friands de pornographie, les gloutons de  sexualité débridée, les aficionados de masturbation devant écran recherchant un article affriolant ont dû être pour le moins désappointés…

Vous en conviendrez, les sujets traités n’ont rien de pornographique, rien de vulgaire, rien qui puisse choquer la pudeur des plus réservés, rien qui puisse non plus exciter les pulsions libidinales. Rien de tel sur ce blog au nom fumant mais beaucoup de réflexions. Avec à la clé l’espoir de nous amener à poser les bonnes questions sur le sens de la sexualité,  à méditer sur  les propositions qui sont faites afin de la vivre au mieux et tenter pour certains d’en réduire les troubles. Parler de cette chose qui encore aujourd’hui est maltraitée, dévoyée, détournée de sa réalité première, consentie ou non – la VIE – pour en faire, non pas un titre sulfureux mais un contenu ô combien prétentieux, d‘informations, d’éducation

Ce blog, traite avec PASSION le SEXE sans hémoglobine et si votre désir est de le conserver en l’état ou d’en modifier le contenu, il ne tient qu’à vous de le dire en répondant aux questions posées et de les faire parvenir en commentaires sur  http://www.libidosexualite.com/ Merci!

Statistiques et  sondages sont à la mode, suivons la!

  • Aimez-vous, ou non,  la manière dont les sujets sont abordés?
  • Trouvez-vous les sujets trop sérieux? Incompréhensibles?
  • Trop littéraires? Inaccessibles?
  • Les sujets traités sont, d’après vous, suffisamment cernés, ou
  • Préféreriez-vous qu’ils soient plus approfondis? Lesquels?
  • Quels sujets aimeriez-vous aborder ?
  • Aimeriez-vous un blog plus coquin, plus grivois?

Puissent les couleurs de l’automne  vous inspirer. À vos claviers!

Il existe un tout petit patelin dont l’homonyme d’un département français d’Outre Mer évoque la réconciliation, le rassemblement des divisions, le rapprochement de ce qui a été séparé. Ce département d’Outre Mer, sent bon le géranium, le vétiver et la vanille. Et pour cause. Île au climat tropical métissée de noirs, d’indiens et d’européens, l’île Bourbon change de nom en 1793 lors de la réconciliation des Marseillais avec les gardes nationaux le 10 août 1792.

L’île Bourbon désormais se nomme île de la Réunion.

Sur le sol de France se niche en Aquitaine, une petite commune qui recense 443 habitants. Elle est posée sur le département du Lot et Garonne entre Bruges et Agen. Son nom : La Réunion qui n’est pas l’île mais un arrondissement de Nérac faisant partie de Casteljaloux, près de Bordeaux…La Réunion,   443 habitants c’est bien peu et pourtant ce tout petit village  vient en deuxième position après Paris  et se signale sur la carte de France des statistiques (du blog libidosexualite.com)par un point gros comme un petit pois presque aussi gros que le point qui représente les visites du blog par la  capitale –  sans sa couronne de périphériques. Paris, plusieurs millions d’habitants produit à peine le double de visiteurs… Incroyable, non?

Cannes vient tout de suite après. Est-ce dû à la proximité de la blogueuse? Le tiercé gagnant est dans l’ordre : Paris, La Réunion (Lot et Garonne), et Cannes. Vient en 4éme position Nice suivie de Toulouse, Lyon, Marseille, Montpellier, Strasbourg, Rennes…Voilà pour les dix premières villes dont les scores de visiteurs sont le plus éloquants…

C’est avec plaisir que je remercie tous les visiteurs du blog libidosexualite.com/ et plus particulièrement ceux de La Réunion en Aquitaine. Vous  faire connaître par un petit commentaire  serait vraiment sympa et satisferait ma curiosité…

Alors ok ? On fait comme ça ?

Outre le Plaisir qu’il procure, les bienfaits de l’orgasme sont multiples. Grâce à lui le cerveau fera le plein d’endorphines avec effet relaxant garanti jusqu’à plonger  beaucoup d’hommes dans le sommeil d’après l’amour. Pourquoi donc ne pas utiliser ce somnifère qui dispensera des petites pilules avec effets secondaires déplaisants ?  Analgésiques puissantes, les endorphines ou endomorphine, régulent le stress, dispersent l‘angoisse, atténuent les douleurs. Activateur de la sérotonine, l‘orgasme, puissant antidépresseur, fait la nique à la tristesse, aux idées noires, au coup de blues. L’ocytocine (hormone de l’amour) libérée dans le cerveau consolidera les liens amoureux. Pas besoin de vaccin.  L’orgasme fabrique de solides défenses immunitaires qui font barrage à toutes les grippes de l’alphabet, de la grippe  A à  la grippe Z, défenses qui barreront la route aux bronchites, rhumes, allergies fréquents à cette saison…

Osons parler, demander, faire, bouger, dire  ce que nous désirons pour  entretenir  l’excitation, pimenter l’amour afin qu’il ne devienne pas une pratique hygiénique encore moins une routine rébarbative.

N’est-on pas jamais mieux servi que par soi-même ?

Mesdames, messieurs, n’attendons pas que le, la partenaire nous procure tout le plaisir pendant que nous ferions la planche espérant qu’il, qu’elle nous « donne » ce que l’on peut, pour ne pas dire, ce que l’on doit aller chercher soi-même. Communiquons notre  désir, nos envies, nos fantasmes ce qui aura pour effet secondaire l‘excitation et l’ouverture pour les femmes, l’excitation et l’amplification de la verge qui, si elle n’est pas encore aussi dure que le jade, le deviendra bientôt. Il est temps de changer de position, l’époque du missionnaire est révolue ! Devenons des cavaliers, chevauchons confortablement notre partenaire à notre rythme, en mouvements  profonds qui fera de l’attelage un stimulateur clitoridien puissant, ajustera notre étui à sa dague, moyens supplémentaires pour provoquer l’orgasme. Entretenons par ce moyen idéal notre pompe cardiaque et notre réseau circulatoire et respiratoire. Ces flux, qui en irriguant notre épiderme, transformeront notre corps en un sublime champ vibratoire et notre peau en un tissu soyeux.

Ne nous laissons pas perturber par des pensées castratrices, refouloir de joie mais portons notre attention sur ce qui se passe à l’intérieur. Ainsi les hommes (jeunes et moins jeunes) qui souvent s’inquiètent de ne pas « durer », d’être trop rapides, apprendront à caresser les femmes dont certaines voudraient que ça se passe plus vite. Une tabatière doit tenir la promesse d »une pipe dosée à point. Concilier les deux est possible en vivant dans l’instant présent,  en étant dans l’ici et maintenant et non au four et au moulin ou à sa feuille d’impôts. On reconnaît une vie sexuelle active et satisfaisante à la vitalité, au dynamisme qui en découlent, au regain énergétique visible dans la forme physique et psychique, et qui augmentent l’estime de soi.

Faisons de la vie sexuelle des instants magiques puisque l’absence de sexualité satisfaisante contribuera à la névrose, aux maladies mentales, au mal-être.

L’orgasme : à consommer sans modération.