Subscribe to Libido Sexualité Subscribe to Libido Sexualité's comments

Couple câlin

A mes lectrices et lecteurs du monde entier (oui, oui, je peux le vérifier tous les jours sur la carte du monde : libidosexualite.com est visité dans le monde entier) : Une semaine d’absence d’article sur le blog mais près de vous par la pensée, le temps de me faire plaisir à me transformer en Mère Noël et souffrir du manque d’écrire qui créera le désir de vous retrouver avant la fin de l’année.

Joyeux Noël !

SEX-O-CAFÉ

Priape la peséeLyliane Engelmajer-Rivera Psycho-Sexo-Thérapeute, Energéticienne (my self) et Christophe Ghibaudo, Chirurgien Urologue ont le plaisir de vous convier à un rendez-vous mensuel traitant de la sexualité.

* Il vous sera proposé

* de discuter ouvertement sur un thème défini à l’avance,

* de débattre de sujets qui touchent à notre sexualité et notre intimité, ceci afin d’apprendre à mieux nous connaître,

* à comprendre et connaître les différences physiques, psychiques, émotionnelles qui agissent, entravent et motivent les femmes et les hommes.

Durant ces 2 heures nous évoquerons :

* les troubles liés à la sexualité (ils concernent toujours les deux partenaires),

* les pratiques possibles pour pallier les défaillances, les améliorations envisageables,

* les réponses aux questions souvent posées,

* le moyen de trouver le meilleur chemin thérapeutique (soit avec le Docteur Christophe Ghibaudo, soit avec la Psy Lyliane Engelmajer- Rivera, soit les deux.) Il est bien évident qu’il s’agira d’un débat concernant l’ensemble des personnes présentes et non de traiter de cas particuliers.

SEX-O-CAFÉ se déroulera à Cannes le premier jeudi de chaque mois. Le lieu, la date ainsi que le sujet abordé vous seront communiqués ultérieurement.

En attendant le Père Noël je vous souhaite des préparatifs tout en scintillements, une dinde bien farcie, des marrons qui crépitent dans la cheminée et des paquets de joie accrochés au sapin.

De Rebecca Princesse de la Molle Princesse de la Molle Illustration de Rebecca pour l’album « Princesses oubliées et inconnues » écrit par PH.Lechermeier

Père Noël,

Quelques petites questions à te poser :  éloigne un peu de tes oreilles ta capuche rouge bordée de blanche fourrure et écoute :

Faut-il croire en toi pour que les vœux, les souhaits, les demandes se réalisent ? Faut-il fermer les yeux et dormir  pour ne plus croire aux discours mensongers ? Philippe Lechermeier fait dire à la Princesse de la Molle (celle qui pionce tranquillou, abandonnée à ses rêves ) que dormir  « c’est se raconter des histoires qu’on ne connaît pas encore. » Et moi je suis forte pour me raconter des histoires. Enfant j’ai longtemps cru au Père Noël, j’en suis restée naïve et trop souvent j’y crois encore au père Noël. Le problème c’est que j’y crois toute l’année. Alors on va récapituler les raisons qui me feront croire qu’il vaut mieux ne plus croire au Père Noël et ne compter que sur soi-même pour continuer à avancer.

Tout d’abord, Père Noël, peux-tu glisser dans les santiags ou les baskets de mes compatriotes  que les mots doivent s’inscrire au travers de paroles authentiques, de paroles vraies, pleines de vérité, sinon autant qu’ils la ferment. Peux-tu suggérer aux politiques d’arrêter les bla-bla qui usent de termes qui ne veulent rien dire ? De parler simple et vrai. Père Noël, peux-tu dire aux enfants, mais surtout aux grands enfants aujourd’hui adultes qu’ils doivent penser ce qu’ils disent et dire ce qu’ils pensent ? Peux-tu les inciter à cesser de dire le contraire de ce qu’ils vivent ? Peux-tu leur rappeler qu’en chacun d’entre nous il existe un chemin qui nous est propre qui a pour sens le langage; priver les individus de s’exprimer au travers des mots qui leur sont propres, qui font sens pour eux,  c’est prendre le risque de les enfermer dans une prison où ils vont périr.

Père Noël aurais-tu oublié que nous avons besoin de temps pour aller bien. Nous avons besoin de temps pour apprendre; nous avons besoin du temps pour nous parler  et travailler ensemble; il faut du temps pour être solidaire et jouer collectif; il faut du temps pour faire le point et avancer intelligemment.

Peux-tu faire quelque chose contre le temps qui passe et enlever des années au temps passé pour retrouver l’insouciance de la jeunesse ? Non ? Mais à quoi sers-tu ? J’ai comme l’impression que tu es bien impuissant sur ton traîneau. Tu te traînes parce que tu ne crois plus  en ton pouvoir de rassembler les humains en une ronde joyeuse? Tiens donc ! Toi aussi t’es obligé  de faire du rendement, de produire plus pour survivre ? Ah ! T’es obligé de te  poster devant les  grands magasins, d’installer des enfants sur tes genoux, leur raconter des fadaises pour faire dépenser des thunes aux parents ? Les photos ! Ah ! T’en as marre des photos ! Bon sang comme je te comprends ! C’est sûr que t’as l’air con avec ton sourire niais autant qu’hyprocrite …Eh, oui, t’en peux plus de te taper Tino Rossi et son Petit Papa Noël …  Tu te jures de ne pas recommencer l’année prochaine, c’est trop humiliant ?

Bon, Papa Noël, tu m’as filé le bourdon je vais faire comme la Princesse de la Molle et me ramollir devant un film. Au hasard « Le Père Noël est une ordure ». Tu l’aimes pas ce film ? Et pourtant, ses répliques cultes…C’est c’la, oui ! C’est c’la !

Coup de foudre

Enlèvement d'Europe La foudre : feu céleste d’une violence inouïe, elle brûle ce sur quoi elle est tombée. Arme du dieu du Ciel, elle frappe toute chose, fend la Terre, engendre destruction et création de son double pouvoir. Elle est vie et mort à la fois. Précédée par les éclairs (deux charges électriques opposées fortement attirées l’une vers l’autre) suivie du tonnerre (sous-produit de la foudre) expansion explosive qui accompagne une montée soudaine et rapide de la température, la foudre s’abat en faisant des dégâts. De la même manière le coup de foudre est une décharge énergétique qui ébranle la personne la laissant foudroyée, euphorique, fiévreuse. Le coup de foudre existe bel et bien. Le coup de foudre, aussi rapide que l’éclair, aussi bruyant que le tonnerre vous immole en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Foudroyée par le coup que lui porta la foudre, elle s’avachit sur le trottoir et se consuma pendant trente ans…

Zeus en est-il la cause? Lui qui préside à toutes les manifestations du Ciel en déchaînant la foudre, il symbolise la colère de Dieu. Il est l’autorité outragée. Par son complexe, Zeus a tendance à monopoliser l’autorité, à détruire tout ce qui apparaît comme une manifestation de l‘autonomie. Ses éclats autoritaires vont affirmer une compréhension sociale et donner chez ce type de personnes des colères calculées qui en feront un autocrate au pouvoir absolu. Mais que cache l’excès d’autorité sinon trahir un défaut de raison?

Comme tel et en tant qu’emprise, le coup de foudre s’abat comme l’éclair dont il nait sans aucune possibilité de discernement, d’autonomie psychique, de raison gardée. Le coup de foudre aliène la personne qui devient esclave de sa toute puissance. Tout devient désordre et chaos; prison aux limites étroites d’un tonnerre intérieur qui a réduit le champ de vision de la perception. Il nous aveugle comme la foudre qui tombe juste à côté, brûle tout sur son passage.

Combien de fois ai-je entendu, dans le secret de la thérapie,(1) cette plainte du coup de foudre qui ne s’est jamais transformé en relation durable et équilibrée? » La seule vue de cet homme que je ne connaissais pas m’a foudroyée. Pas question de sexe, à ce moment là. Seul mon regard l’avait touché, nos mains ne s’étaient pas encore frôlées, encore moins nos corps, je n’avais même pas entendu sa voix »… Comment raconter, sans blesser, l’histoire des hormones dont le coup de foudre est le résultat? Simple comme une odeur, une histoire de chimie corporelle, de sécrétions organiques agissent comme déclencheur de la fusion de deux corps. Est-ce l’ocytocine (hormone de l’attachement, de la confiance) qui déclenche la réaction psycho-biologique du coup de foudre ou ce dernier qui provoque le processus hormonal et neurochimique? Qui de la poule ou de l’oeuf…

Le coup de foudre dépossède une personne d’elle même; elle n’a plus la maîtrise ni de ses pensées ni de ses actes. Elle va s’entourer de vide pour le combler d’une seule et obsessionnelle présence :  »  Tu es ma vie, mon sang qui coule dans mes veines » …  De cette constatation on peut facilement comparer le coup de foudre à une maladie que l’on aurait contractée. Passé ce cap de la maladie et de la convalescence peut-on penser que le coup de foudre vécu comme une expérience transcendantale garantirait l‘immunité? Qu’une fois immunisés l’on puisse dès lors vivre le bel et vrai amour sans pathos?

Le véritable amour, loin de la foudre et des éclairs, ne concerne t-il pas la maturité psychique? N’est-il pas là pour nous apprendre quelque chose de nous, au delà de nous ? Transmuer le coup de foudre en relation amoureuse demande aux intéressés d’être responsables du bout de leur relation dans un respect réciproque. La vie amoureuse d’un couple demande de s’adapter et non de manipuler. Une union en conscience assurant à la fois l’indépendance et la liberté de chacun. Dans la liberté il n’y a plus de dominant ni de dominé.

L’amour c’est de rendre l’autre libre.

(1)Thérapie : un site pour vous aider efficacement  en toute discrétion : <http://www.therapeute-en-ligne.com>

Il s’agit d’un soutien-gorge tout en douceur, tout en candide-candeur-candy, tout en sucre que vous pourrez laisser fondre sous la langue lors de câlins tendresse ou encore dévorer à la manière d’un cannibale affamé … Céder à tous les fantasmes avec des dessous sucrés, c’est aujourd’hui possible pour faire de vos ébats un dessert amoureux.

Parler de sexualité défaillante n’est jamais facile. Parler de son désir ou de son absence est toujours délicat dans la manière de l’aborder. Dire avec subtilité ce qui vous plaît ou vous déplaît s’apprend…
feuille coeur
Savez-vous pourquoi Jules tous les matins armé de son braquemart saute sur sa Julie ? Et pourquoi la Julie se défile « Pas le temps; les enfants vont se réveiller; tu vas être en retard au boulot » Ne pas croire en son amour fou comme au premier jour des fiançailles ! Non,  le désir de Jules est simplement agit par  ses hormones. Testostérone et cortisol sont au top niveau après une nuit de sommeil, les batteries rechargées sont pleines à décharger sur Julie qui n’en veut pas. Pour elle, ça ne correspond ni à ses humeurs ni à son désir ni à ses hormones; c’est pourquoi elle refuse de se faire chevaucher sauvagement par Jules comme au début. Au début de l’histoire, Jules et Julie se séduisaient réciproquement, jouaient, entretenaient le désir avec joie et batifolage…Mais ce temps là est révolu, la vie est sérieuse, elle n’a plus le temps de s’amuser… Très peu de femmes sont du matin;  pourtant elles auraient tord de se priver si le temps le leur permet,  si elles jouent la carte du dimanche avec gras’mat’ sans enfants, en retournant sous la couette pour y saisir la barre en mettant cap sur le plaisir d’une journée qui commence bien.

Et puis c’est aussi une histoire de chrono-biologie. Les biorythmes des hommes sont différents de ceux des femmes. Tandis que Jules est plein d’une pulsion matinale à secouer sous la douche à défaut de sa Julie, elle,  elle aura plutôt tendance à préférer le 5 à 7 des amants. Cette heure là est l’heure énergétique des reins, et les reins conditionnent, contrôlent la sexualité. D’ailleurs, pour la thérapeute bioénergéticienne que je suis, connaître l’état des érections matinales et des femmes les pulsions de fin d’après-midi, me renseigneront sur l’état des reins et de la forme vitale, elle aussi conditionnée par les reins. Le 5 à 7 la performance physique est au top, l’énergie à son maximum, le psychisme en éveil, c’est le seul moment où Chronos et la biologie sont au diapason pour les deux sexes.

Pour éviter de jouer au chat et à la souris du désir qui se barre quand le chat miaule, il est capital d’entretenir une bonne santé psychique et physique, santé indispensable à  une bonne libido. Si le désir n’est plus aussi souvent au rendez-vous mais que la tendresse et le dialogue sont là, rien n’est perdu. La quantité n’est pas indispensable si la qualité est présente. Par contre si le désir s’est fait la malle il serait bon d’introspecter un peu plus loin et voir ce qui cloche dans le couple.

Attention de ne pas se servir d’un retrait de libido pour faire passer un message, pour mettre en évidence une problématique sans aborder le fond du problème. Vaut mieux en parler que sanctionner. Psifff…plus envie de bagatelle. Stress, problème financier, professionnel, tensions familiales, fatigue physique, lassitude mentale, la routine (rien que le mot est assassin) tout cela à de quoi mettre la libido en berne.

Après avoir vérifié les causes physiologiques comme les variations hormonales (peuvent induire une baisse de libido ou l’accentuer ), la prise de certains médicaments et si  malgré cela les troubles persistent, il est important de consulter pour vérifier si des troubles plus anciens  (traumatismes occultés, douleurs lors d’un précédent rapport, expérience mal vécue ) ne referaient pas surface. Consulter, seule ou à deux, est la solution efficace pour renouer le dialogue, d’abord avec soi-même ensuite au sein du couple. Ne jamais oublier qu’une relation se construit à deux.

Une sexualité ralentie jusqu’au point mort signale un malaise, met en danger  la relation. Dédramatiser, dialoguer, rassurer car il y a toujours une explication au désir qui s’évapore. Mettre entre parenthèse la sexualité après avoir fait le point n’implique pas devoir arrêter la relation.  Les hommes ne parlent pas beaucoup et encore moins quand il s’agit de sexualité, d’autant quand ils ont l’impression de perdre leur virilité. Les difficultés sexuelles, les baisses de désir, ont un impact dévastateur plus important chez les hommes que chez les femmes; ils sont touchés dans leur virilité, dans la confiance en soi, dans l’estime de soi.

La sexualité est complexe, la dimension psychique ne doit pas être négligée. Si la tête n’est pas au rendez-vous la corps sera absent…

C’est encore l’automne, profites-en pour aller  aux champignons …

Manuèlisation pour désigner l’occupation de ses mains sur son sexe afin de se donner du plaisir.  Quand le mot n’était pas encore inventé on se manuèlisait, maintenant on se masturbe… Est-ce que se prendre  la tête entre les mains  est se masturber? Oui, si on considère la masturbation intellectuelle, mentale ! « Arrête de te prendre la tête ! Ou encore   » Arrête de te  masturber tck-copenhagenles méninges ? Masturbation des méninges jamais jouissive, toujours obsessionnelle virant à la pathologie. Un serpent se mort la queue. Transgression – Préoccupation – Obsession – Promotion (sur canapé ?) Réalisation – Idéation – Radicalisation – Fermeture – Ouverture légale –

Non, non, illégale dans ce cas présent. Transgression par la loi des hommes qui font violemment la loi en la transgressant. Les violeurs de loi. « Ils sont rentrés chez moi comme des cambrioleurs, par la fenêtre entre-ouverte! » Alexia, revenait pour sa consultation d’hiver. Toujours poussée par l’urgence elle déversait à son habitude et en vrac ses tourments; elle en avait gros sur la patate. Mais de quoi parlait-elle, me demandais-je en lui laissant le temps de reprendre ses marques et ses esprits ? Alexia finit par remettre de l’ordre dans ses précipitations, réajuster son zoom arrière et visionner en flash-back l‘intrusion, la violation de son territoire par des huissiers.  Tout dans son énumération laissait penser que la rumination désordonnée, obsessionnelle agaçait son estomac jusqu’à le trouer; tous ses événements se bousculaient sans avoir pu prendre une place définie et constitutive de sens.

« Mon côlon est squatté par un bouchon de merde que je n’arrive pas à expulser » fut sa deuxième tirade qui laissait entrevoir  dans son corps  un plein de vide occupé par l’absence totale de repères. La dimension symbolique volait en éclat, l’éthique était piétinée. Depuis l’intrusion de son domicile par la fenêtre et non comme il se doit par la porte une dictature merdique omniprésente impossible à évacuer bloquait ses viscères;  sa pensée confinée dans un périmètre abdominal au péristaltisme absent quoique douloureusement présent, Alexia se concentrait sur son ventre pour acheminer les matières vers la sortie dans  des douleurs qui ressemblaient plus à un interminable travail d’accouchement, terme d’une grossesse non désirée.

Alexia faisant référence à la réplétion de ses organes se disait colonisée sans pouvoir désobéir aux ordres de ce côlon avec chapeau qui se retrouvait coincé dès l’instant où elle apprit la violation de son domicile… « N’y a t-il pas un moyen de …?  » sans me laisser terminer ma phrase elle m’assura qu’elle allait porter plainte compte tenue de la réponse  qu’elle reçut et déplia devant mes yeux la page qui stipulait ceci :

Question:

Un huissier, accompagné de toutes les personnes dûment requises A T-IL LE DROIT DE RENTRER PAR LA FENÊTRE comme UN CAMBRIOLEUR, d’autant plus que le serrurier et un commissaire de police étaient présents; ils auraient dû rentrer par la porte et non par la FENÊTRE comme le stipule la loi. N’est-ce donc pas une infraction à la loi que de RENTRER PAR LA FENÊTRE ? Merci de me répondre à cette QUESTION … (Question posée le 01-12-2009 / )

Chère Madame ; En cas d’absence du débiteur l’huissier de Justice doit se faire assister d’un Commissaire de Police et d’un serrurier ; il ne peut pénétrer par une fenêtre laissée ouverte. En effet, doit respecter des formalités pour entrer dans le logement. Il doit faire appel à un serrurier pour ouvrir les portes. En conséquence vous pouvez engager la responsabilité de cet huissier. Vous pouvez saisir la Chambre Nationale des Huissiers de justice. Elle joue un rôle de représentation et de défense de la profession. Elle est compétente pour recevoir les réclamations. Et vous pouvez aussi engager sa responsabilité pénale en déposant une plainte auprès de procureur de la république pour violation de domicile. Nous restons a votre entière disposition si vous désirez obtenir un complément de réponses, ou de plus amples information, n’hésitez pas a nous le faire savoir, nous serons ravis de répondre et de vous prodiguer tout élément susceptible de vous aider à résoudre votre problème juridique. Cordialement.
Alexia allait enfin pouvoir vider sa tête et ses intestins de cette masturbation indécente et douloureuse. Allait-elle retrouver le courage qui lui permettrait d’aller au bout de sa démarche  ? Remettre les choses en place, réhabiliter son territoire qui par cette transgression, cette violation de domicile a sali la Loi dans sa dimension symbolique. La séance permit de rétablir le respect touché par l‘humiliation.
PS: L’image fait référence aux emballages tétrapak recyclable. Un petit signe pour Copenhague

Pour tout savoir en se divertissant sur l’histoire et l’origine du sex toy.

Comme précédemment c’est avec l’aide  du livre « Eloge de la masturbation » de Ph.Brenot que nous allons continuer le pèlerinage vers notre centre intime. Avant S.A.Tissot (1728) maître après Dieu  et créateur du mythe du fléau masturbatoire, on se masturbait allègrement dans les chaumières, sans y trouver à redire, sans que cet acte soit répréhensible ni comme pouvant mettre un terme à l’espèce humaine. Un siècle plus tôt avant ce médecin, la masturbation n’était condamnée ni par l’Eglise ni par la médecine ni par la société qui mettait seulement en garde contre ses excès. Il a suffi de la publication d’un ouvrage de Samuel Tissot en 1758 « Essai sur les maladies produites par la masturbation »  pour mettre le feu aux poudres et réveiller la chasse aux sorcières en transformant durablement les habitudes et la morale jusqu’au début du XX° siècle…  Mais avant cela, la découverte du spermatozoïde par Leeuwenhoek et  de son contenu vivant changea la donne des savants et des philosophes de l’époque  qui durent repenser la morale sexuelle à la lumière de cette nouvelle et étonnante perspective.(Ph. Brenot)  La publication d’un ouvrage anonyme attribué par Tissot à un certain Dr Bekkers : Onania ou le Péché infâme de la souillure de soi et toutes ses conséquences affreuses chez les deux sexes, avec des conseils moraux et physiques  à l’adresse de ceux qui ont déjà eu préjudice de cette abominable habitude dont Voltaire en recense  vingt quatre édition – rien que ça!-, met en marche le complot médico-religieux en condamnant la masturbation.

Au cours des XII et XIII ème siécle,  l’acte solitaire se vivait librement dans le plaisir, aucune condamnation n’y portait atteinte en ne laissant que peu de traces dans la littérature, si ce n’est quelque satire burlesque qui fait toujours de l’acte solitaire une alternative plaisante, mais stérile, au plaisir fécondant.  Elle (la littérature) nous informe sur l’acte solitaire comme étant un substitut quand il ne peut se réaliser à deux, un jeu de l’amour dans les préliminaires recommandé par Ambroise Paré; elle a toujours chanté la légitimité et …l’honnêteté de l’acte le plus naturel et le plus nécessaire à la nature humaine. Cette ambiance libre, érotique relativement libertine, est à mille lieux de penser à la tourmente qui va s’abattre au XVIIème causée par Tissot et ses préceptes liberticides auprès duquel  se confesseront Rousseau et Diderot qui tout deux se compromettent dans cette morale assassine. Ces deux là avaient le sexe solitaire, coupable, d’autres tourmentés par lui comme le fut Julien Green; certains refoulèrent les « mauvaises habitudes » ainsi firent Proust et Gide, et d’autres encore comme Sachs et Emmanuelle y trouvèrent une immense joie…

Il semblerait que le terme masturbation soit apparu sous la plume de Montaigne, écrivain lucide empreint de sagesse. Libre penseur et penseur libre de tout dogmatisme, Montaigne s’appuyant sur la Raison et la Nature était défenseur du loisir, du bonheur et de la Liberté de l’homme. Pendant plus d’un siècle coexistent deux mots manustupration (de manus, main et stupratio, action de souiller) et masturbation (du latin masturbatio, ou du grec mastropeuein, prostituer). L’usage de ces mots était rare puisqu’en ce temps de Montaigne la masturbation n’est pas frappée d’interdit mais a plutôt sa place naturelle  dans la maturation et dans l’épanouissement sexuel (Ph.Brenot) Il fallut attendre 1835 pour que ce mot fasse son apparition dans la sixième édition le Dictionnaire  de l’Académie ! Avant la naissance du mot masturbation, on se manuélisait, on se clitorisait. Se manuéliser ou se clitoriser était le seul moyen d’être sage au couvent, en prison, avant le mariage et en toutes circonstances où il ne fallait user des organes de la génération qu’à des fins de procréation.

À la fin du XIX on doit à un médecin anglais l’invention du terme autoérotisme qui définit la masturbation comme un fait naturel sans conséquence pathologique. Mais avant d’en arriver là, il faudra encore faire la différence entre celle-ci et l’onanisme. A bientôt pour la suite, en attendant soyez sage!

Cet article a déjà été publié en mai. Vu la demande concernant la masturbation tous les articles la concernant déjà édités le seront de nouveau.

Masturbation

Enfin, elle aborde le sujet! J’entends d’ici (de ceux qui me l’ont demandé) les ravissements et le dédouanement (si tant est qu’ils en aient encore besoin pour continuer leur pratique auto-érotique). Car pourquoi aborder le sujet de la masturbation si intime et si commun (surtout à la majorité des hommes)? Tout simplement parce qu’au même titre que la sexualité dont elle fait partie, la masturbation, quand elle est évoquée  lors des séances en psychothérapie, l’est toujours  avec beaucoup de gêne. Sous-jacents à sa pratique d’innombrables qualificatifs  définissent le masturbateur (personne qui se masturbe) comme coupable, honteux, pécheur pour certains, acte contre nature pour d’autres, sans oublier la mention « sale » souvent ajoutée dès que l’aveu de la faute est exprimé.

Pour pouvoir vous entretenir sur ce sujet aussi sensible que tabou, j’ai ressorti de derrière les fagots le petit livre de Philippe Brenot dont le titre, il y a quelques années, avait attiré mon attention : « Eloge de la masturbation« . Je vais donc essayer de le résumer pour en finir avec ce qui demeure encore aujourd’hui, même si c’est moins prégnant, autre chose qu’une étape nécessaire et indispensable à la maturation et le garant de l‘autonomie sexuelle dans le couple comme le précise Ph. Brenot. La masturbation n’est ni sale, ni honteuse, ni perverse, ni réservée à l’adolescence, ni aux célibataires!

La masturbation est une pratique manuelle qui se joue en solitaire ou en couple et aboutit à l‘orgasme. Elle reste cependant le tabou le plus solide de la morale occidentale. Elle est sujette à bien des culpabilités à qui la pratique. Pourtant pouvoir en parler comme on parle de la sexualité, permettrait à sa nature aux fonctions multiples, de dédramatiser, de libèrer les tensions.  Après vous avoir mis l’eau à la bouche et la main au panier, je continuerai à vous en parler dans les jours qui viennent. En attendant la suite faites-vous plaisir et délivrez-vous des préjugés assassins auxquels elle était enchaînée.