Subscribe to Libido Sexualité Subscribe to Libido Sexualité's comments

?

Pour finir en beauté la saison du sex-o-café avec la participation de Marie France magazine.  Valérie Rodrigue demande  « Mieux?Moins bien? Le sexe après 40ans, c’est comment ? » Et vous que répondrez-vous à la question

« Êtes-vous sex-o-épanoui-e ? »

Rendez-vous donc le 7juillet à Cannes au 3.14 hôtel pour débattre, témoigner ou simplement écouter dans une ambiance chaleureuse autour d’un verre ce qui fait ou non une sexualité épanouie.

Mais aussi rendez-vous sur le blog (ici même) pour y lire le compte rendu dans le courant de juillet.

Comme Flora et Arlette posez vos doigts sur le clavier et envoyez votre témoignage sur www.libidosexualite.com.

À bien vite…



 

?

Les études réalisées sur la sexualité, l’amour et plus spécifiquement sur les effets du baiser ont démontré  que la salive contient de la testostérone qui par l’intermédiaire du baiser contribue à augmenter le désir sexuel.

Le baiser qui s’échange dans presque toutes les sociétés humaines mais aussi chez certains de nos cousins les primates et d’autres espèces animales, est la première forme du rapport sexuel.

Trois systèmes cérébraux distincts favorisent l‘accouplement et la reproduction, d’après l’anthropologue Helen Fisher. Le premier de ces systèmes  est la libido qui se manifeste par le désir sexuel. Vient ensuite l’amour romantique avec l’exaltation, la pensée obsessionnelle et le troisième système concerne l’attachement qui fait que l’on éprouve sérénité et sécurité avec sa-son partenaire sur du long terme.

Un baiser active les trois systèmes par un échange de testostérone ce qui va provoquer le désir sexuel; par l’excitation provoquée le taux de dopamine (associé à l’amour romantique) va s’élever élevant dans le même temps l’ocytocine.

Le baiser serait donc l’examen de passage qui permettrait d’apprécier ou non son partenaire, de continuer ou de stopper une relation. Toujours d’après l’étude menée par H.Fischer 66% des femmes et 59% des hommes après le premier baiser savent à quoi s’en tenir  sur la relation.

Le baiser diminue le stress en abaissant le taux de cortisol, tandis que les niveaux d’ocytocine (hormone de l’attachement) est en augmentation chez les hommes et en diminution chez les femmes. Étrange non ? Les femmes auraient plus besoin que les hommes d’une certaine ambiance avec fleur, musique, bougies, encens pour se sentir en sécurité et pouvoir s’abandonner…

Acte fondateur de toute relation le premier baiser en dira plus long sur votre partenaire que tous ses discours les plus élaborés.

En attendant d’être réveillée de ma torpeur par un baiser je m’en retourne au bois dormir.

 

 

 

 

?
Le Sexophoniste
« Êtes-vous sexo épanouie ? » a déclenché le souvenir de son corps « contrebasse », a réouvert ses cinq sens et pendant quelques heures  l’a fait vibrer sous la musique d’un sexophoniste.
Le témoignage de Flora livré tel quel:
Cette attirance pour les voix d’homme rejoint votre question d’être sexo épanouie qui m’a fait associer immédiatement le saxo, cet instrument assez phallique pour moi, il me fait vibrer !!! Je n’ai malheureusement rencontré que très peu de sexophonistes !!!  à vrai dire un seul et j’avais 62 ans, comme quoi il ne faut pas désespérer !!!
Expérience extraordinaire de découvrir enfin son corps comme objet de plaisir pour soi même et pour l’autre.  J’avais avec cet homme une connivence musicale au sens propre et aux sens!!! dans tous les sens : tactile une peau douce, olfactif : il sentait bon, auditif une voix de basse,visuel il était beau et gustatif sucré salé !!!
J’ai vibré 6 mois, j’ai accepté beaucoup, en particulier violence verbale due à son alcoolisme et je suis partie… pas mal démolie par cette passion destructrice, mais enrichie par cette découverte de mon corps contrebasse !
Corps et Musique

?

 

Ouf! Enfin débarrassée de l’affligeante habitude consistant à téter un filtre d’une cigarette roulée avec application dans une feuille de papier très fin. Par une aspiration  goulue la fumée à la saveur âcre d’un tabac garanti sans conservateur, sans agent de texture, était avalée. Par cette manie, devenue plus un rituel qu’un plaisir, je m’autorisais des pauses « réflexion »,  des arrêts tabac comme d’autres font des arrêts pipi lors d’un trajet sur l’autoroute. Une pause comme un  prétexte pour trouver le mot qui convient à préciser au plus près ma pensée…Depuis trois semaines, non plus recroquevillée sur cette fâcheuse addiction, les poumons, ventilés par un souffle profond sans ajout d’aucune sorte, reprennent toute leur place; cependant le manque de nicotine se fait ressentir. Le chocolat par ses effets euphorisants vient compenser le manque.

Noir s’il vous plaît le chocolat. C’est bon pour la santé, c’est bon pour le cœur; c’est un allié contrairement au tabac qui détruit, le chocolat Noir est un remède. Permettez-moi d’insister sur la couleur du  chocolat. Il faut savoir que les protéines du lait interfèrent sur les qualités de la fève …

La fève de cacao est une mine de constituants essentiels tels que potassium, magnésium ( anxiolytique puissant) calcium, phosphore. Et hop!  une petite barre d’un noir à 74 %! minimum et avec elle nous sommes surs d’avoir notre dose de  fer; quelques carrés nous faisons le plein des vitamines A, de plusieurs  vitamines du groupe  B, la vitamine PP et la merveilleuse vitamine E. Qui l’eut cru qu’en croquant du chocolat et grâce à la vit.E contenue dans la fève de cacao, nous avons une arme délicieuse pour  lutter contre le vieillissement? De puissants anti oxydants y sont associés : polyphénols, tanins, les fameux flavonoïdes. En outre et après expérimentation (des hommes se sont dévoués) il a été remarqué que le chocolat était un excellent stimulant cardiaque, un efficace décontractant musculaire, un anti dépôt du mauvais cholestérol sur les artères, sans oublier l’intellect activé et l’effet euphorisant.

Plus que le thé vert, plus que le cassis et la myrtille, la fève de cacao détient la palme en concentration d’un flavonoïde, l’épicatéchine. Manger du chocolat noir  favorise la dilatation des vaisseaux permettant ainsi  au sang de circuler plus librement… Cela aurait-il une incidence favorable pour fortifier les érections ?A vous messieurs de me le dire, après avoir mangé du chocolat, évidemment. Cet afflux de sang chargé de flavonoïde inhibe l’agrégation des plaquettes, empêche les caillots de sang, entretient le cerveau et éloigne les risques de la maladie d’Alzheimer.

C’est bien connu qu’un coup de flip sera chassé par un carré de chocolat noir. Finalement il est bien facile de se faire plaisir tout en se faisant du bien. Tenez ! Essayez un petit massage avec une huile parfumée au chocolat. Oui, ça existe ! C’est un régal. Le massage ou l’huile ? Les deux ensemble, pardi ! Vous n’avez pas idée des vertus aphrodisiaques de l’odeur du chocolat associée au massage ! La séance terminée vous pouvez vous croquer mutuellement.  Un régal, vous dis-je !


Plusieurs définitions à l’énergie : une force, une puissance d’action, une puissance physique.  Grandeur qui représente la capacité d’un corps ou d’un système à produire un travail, à élever la température. Cette énergie là est bien connue en dehors de la physique électrique, nucléaire. Elle consiste à frotter deux corps ensemble; essayez par – 3° et vous verrez à quelle vitesse l’énergie dégagée va réchauffer les corps  emmêlés. Le travail sera d’autant plus facile si l’énergie qui les habite  est de nature amoureuse. Cela s’appelle la libido qui d’après Freud est une énergie vitale émanant de la sexualité et pour Jung une énergie psychique en général.

Il existe une énergie primordiale,  source fondamentale sans laquelle la Terre serait déserte et dépeuplée. Le Soleil principe masculin,  carburant, symbole par excellence des femmes éprises de lui. De cette énergie découlent toutes les autres comme le charbon, le gaz, le pétrole – grands pourvoyeurs de  guerres -, le vent… Le Soleil dont le rayonnement éclaire la Lune et notre Planète, est source de chaleur et de Lumière en perpétuel recommencement. Nous devons à notre soleil intérieur de brûler et d’éclairer nos jours.

Maintenant que nous avons pris conscience de l’indéniable force qui nous fait fonctionner et afin que l’énergie n’agisse plus  à notre insu, nous allons la visualiser pour la faire circuler. Assis ou allongé (c’est mieux et plus confortable, pas toujours possible) nous allons visualiser notre corps dans sa totalité. Nous allons suivre le souffle par la pensée. L’énergie, disent les Taoïstes, va là où est la pensée. Nous allons porter notre attention sur notre souffle (respiration), attendre que tout s’apaise.  On se détend.Visualisons un courant qui parcourt notre corps à la manière d’un fil électrique que nous dirigeons à l’aide du souffle comme  interrupteur. Ce courant énergétique descend dans notre gorge; arrêtons  le quelques secondes au niveau du thymus (le creux entre les seins) et spiralons-le à cet endroit; maintenant le diriger vers les épaules, aux bras à l’extérieur jusqu’aux mains. Ce courant comme un fluide va parcourir chaque doigt pour remonter à l’intérieur du bras. Dirigeons-le de chaque côtés du corps; le descendre comme pour les mains à chaque doigt des pieds et faites le remonter à l’intérieur de vos jambes jusqu’au  scrotum pour les hommes, jusqu’au vagin pour les femmes. Le courant va s’engouffrer à l’intérieur tapisser vos organes et ressortir délicatement par la bouche. Ressentons ce qui se passe.  Cette visualisation dure moins d’une minute, elle consiste à conscientiser le souffle (énergie) qui est en nous et nous anime. Maintenant nous allons effectuer la même expérience en ressentant le courant le long de la colonne vertébrale. Chaque vertèbre sera un axe à déverrouiller, à ré-énergitiser puisque de chacune partent les câbles nerveux et grâce à eux nous ne sommes pas des poupées de son. Nous sommes flexibles (si tout va bien) nous pouvons marcher, nous tenir debout…Faire cet exercice autant de fois que nous en ressentirons le besoin pour créer un corps plein de vie d’une belle énergie.

Je vous emmène avec moi dans le parc pour faire cet exercice sous le regard ravi des écureuils. Nous offrirons notre carcasse à la douce brise et au soleil, grand réparateur, pourvoyeur d’énergie.

Tu es lectrice/lecteur assidu-e du site http://www.libidosexualite.com ? Oui ? Eh, bien as-tu remarqué que les articles depuis un mois ne se bousculent pas sur le blog ? Il n’est pas utile de chausser tes lunettes pour y chercher des mots qui se seraient égarés en coulisse. Non il n’y en n’a pas ! Rien ne venant de mes pensées  peut se traduire sur cette page. Et si je fais un effort – quasi surhumain – pour te servir une tambouille, elle ne pourra qu’avoir le goût du dégoût qui m’envahit. À passer son temps comme je le fais à parler d’amour et de sexualité pour me retrouver muette devant une actualité qui regorge d’histoires bien salaces, bien crades… Tu avoueras quand même… Ah!  Tu avais remarqué que je ne fais pas dans le porno ? Quand j’évoque des troubles c’est pour essayer d’y apporter une résolution ? Des troubles comme la compulsion sexuelle dont on nous rabat les oreilles depuis que certains hommes de pouvoir  se sont fait pincer à transgresser la Loi. Le droit de cuissage n’est pas interdit mais il est interdit de se faire pincer.

C’est bien connu : Les hommes politiques  – de pouvoir – ont un Moi puissant inféodé à une hyperactivité, à un narcissisme démesuré et des besoins sexuels énormes. Sexe et pouvoir font la paire semble-t-il. Mais où est passé le Surmoi des hommes de pouvoir ?

C’est quoi le Surmoi demande ma petite fille qui a déjà – à quelques jours du Bac –  oublié les topiques freudiennes. Disparu le Surmoi des hommes politiques – en ont-ils eu un? Pas sûr quand on  voit  ces messieurs agis uniquement par leur ÇA.  Une pulsion passe et je la satisfais sans me poser de questions. Ne suis-je un homme puissant ? J’ai de l’humour et les femmes adorent ça ! J’ai un charme fou, le pouvoir m’exalte, c’est mon moteur. Un moteur qui s’emballe qui n’arrêtera sa course qu’en s’écrasant contre un mur…

Voilà donc ce dimanche matin il y a déjà trois semaines, la radio débitait dans mes oreilles  des mots qui me laissèrent  abasourdie, estourbie, horrifiée. Comment est-il possible que ce que j’entendais là ne soit pas un cauchemar ? Ou alors la lecture d’un passage d’un nouveau roman qui se lisait à cette heure matinale? Mais non, c’est bien l’actualité, la radio réalité qui dégoulinait, sordide dans mes oreilles encore endormies. Comment est-il possible que ceux qui nous gouvernent, qui tiennent les rennes de notre vie peuvent-ils à ce point être si peu maître d’eux-mêmes? Le pouvoir ne leur sert-il que de passe droit?

Voilà, pourquoi je reste coincée, sidérée, paralysée, agressée sexuellement ( le sexe se loge aussi dans le cerveau) et recroquevillée sous une porte cochère…j’attends que la douleur passe afin de me remettre à écrire…

Je remercie celles et ceux qui continuent à m’encourager par leur commentaire.

A bien vite.