Subscribe to Libido Sexualité Subscribe to Libido Sexualité's comments

?

Qu’est-ce que l‘érotomanie ?

L’érotomanie est une illusion délirante d’être aimé(e) d’une personne ayant un statut élevé (médecin, homme politique, acteur, avocat…); personne souvent inaccessible. Mise en évidence par G.G de Clérambault, cette maladie appartient au groupe des psychoses passionnelles. Ce délire amoureux, chronique est classé parmi les délires passionnels, c’est une psychose paranoïaque.

Le syndrome érotomaniaque est une structure qui se fonde sur un délire invariable. Invariable dans le sens, où pour l’érotomane, c’est toujours la victime qui a commencé, c’est la victime qui aime le plus, ou qui est la seule à aimer. Cet état passionnel touche essentiellement les femmes, très peu d’hommes en sont atteints. Cet état passionnel évolue en trois périodes. L’histoire de Florence, femme érotomane vous sera ici contée.

Première phase: l’espoir en mouvement. Période souvent très longue dont l’élaboration peut durer des années. « Il y a quelques mois, un carton d’invitation m’a été adressé personnellement par Simon X en personne. Il est évident que Simon désirait me voir au cocktail de manière discrète pour ne pas éveiller les soupçons de sa femme. Je m’y suis rendue sans pour cela  le déranger; je suis restée très discrète mais très émue lorsqu’il a prononcé son discours qui manifestement m’était adressé ; depuis j’attends qu’il se libère de ses obligations pour le retrouver.« Florence, est en attente dans l’espoir que Simon lui déclare son amour. Dès lors il se manifeste un délire que l’entourage ressent de façon inquiétante.

Pendant la première période Florence élabore son roman. Jamais elle ne se résigne ni se s’aperçoit que cette histoire est une construction de son esprit malade. « C’est quand même lui qui est venu me chercher. Moi je ne lui ai rien demandé » insiste-t-elle lorsqu’en séance elle repasse en boucle la réception du carton d’invitation qui lui a permis de monter de toutes pièces son histoire érotomaniaque. Pleine d’espoir puisque « c’est lui qui est amoureux » (il le lui a prouvé en envoyant une invitation) mais il est empêché par sa situation conjugale, ses contraintes politiques. Florence n’existe que pour et par Simon, son objet d’amour, sur lequel elle a jeté son dévolu. Simon qu’elle épie et traque sur son lieu de travail (à la mairie, où elle se rend plusieurs fois par jour), Simon qu’elle surveille sur le Facebook de cet homme public.  Bien évidemment tout cela sans que Simon ne sache rien même de l’existence de Florence.

Tout ce que Florence interprète de la part de Simon comme étant une incapacité  à ses dégager de ses  obligations politiques  et conjugales (avec tout le travail qu’il a, le plaint-elle) constitue la conduite paradoxale de  ce délire en tant que structure.  Structure invariable aussi puisque l’érotomane interprétera le refus de la personne concernée comme autant de preuves à devoir redoubler ses efforts. C’est ainsi que l’érotomane va amorcer et alimenter les refus comme étant  des preuves incontestables de l’amour que lui porte la personne élue. L’érotomane trouve mille raisons d’espérer, mille excuses aux dérobades de son objet d’amour et incombe à sa propre faute, à sa propre attitude maladroite (j’ai manqué d’à propos quand il m’a remerciée d’être présente)pour justifier le peu d’intérêt que lui marque celui que sa tête délirante a choisi.

De ce fait la structure érotomaniaque est un arrêt sur image, la répétition d’un scénario richement élaboré qui assied cette assertion comme étant le squelette du délire.

La phase suivante est une phase de dépit: Le temps qui passe ne rapproche jamais l’érotomane de son objet d’amour. Le temps  implique et maintient  l’érotomane dans la certitude (la vérité) où la foi est le noyau de l’épreuve à laquelle elle se trouve soumise. Il y a comme une présence divine, mystique  qui va « envoyer » des signes à l’érotomane: « Plus que l’amour c’est l’aveu de l’amour qui est sollicité par l’érotomane; écrivait G.G de Clérambault. Preuve qui  s’articulera sur l’Autre, absent, qui ne pourra en aucun cas opposer un démenti puisque seulement l’Autre est présent dans l’imaginaire de l’érotomane.  Malgré tous les signes que l’érotomane « reçoit » de sa victime, malgré les trésors d’inventivité qu’elle déploie pour l’approcher,  elle attribuera  l’absence de manifestation amoureuse de sa victime à sa propre incapacité, et de dépit, finit par désespérer. Cette phase débouche sur la dépression et des idées suicidaires.

La troisième phase sera celle de la rancune: dépitée, Florence avait atteint cette étape pendant laquelle elle haïssait Simon « de tout le mal qu’il lui faisait subir ». Sa colère envers lui s’amplifiait et son agressivité débordait de ses paroles. Elle menaçait de tout dire à sa femme  » S’il croit pouvoir se débarrasser de moi après m’avoir séduite, il se trompe. Je vais tout lui raconter à madame Simon, lui montrer comment est vraiment son mari ». Elle épiait le couple dont elle avait repéré la maison. Le poursuivait et faisait le guet devant sa chambre d’hôtel quand il était en déplacement.Elle devenait dangereuse pour cet homme duquel elle attendait une déclaration d’amour, un vrai regard qui ne viendrait jamais. Mais cela elle ne le savait pas. Suite à un accident provoqué par elle-même, Florence fut hospitalisée. Son délire persistant a conduit le médecin à faire  un état des lieux psychiatrique…

Il est important de savoir que ce délire érotomaniaque est essentiellement platonique. Le rapport sexuel avec la personne aimée est inenvisageable pour l’érotomane. Cet état non seulement transforme la vie de la personne atteinte mais devient un véritable enfer pour la personne aimée si cette dernière est approchée.

De nombreux films racontent l’histoire de l’érotomanie…

?

 

Qu’est-ce que la sexualité ?

1-La sexualité est l’ensemble des caractères physiques, physiologiques et psychiques qui différencient l’individu femelle de l’individu mâle. 2-La sexualité est l’ensemble des comportements caractérisant l’activité sexuelle et sa satisfaction.

Contrairement a ce qui était généralement admis, la sexualité n’a pas pour finalité la procréation. Tout est sexuel – par le fait de téter le nourrisson active la zone érogène qu’est la bouche – bouche qui sera plus tard sollicitée par le baiser. La tétée est donc une activité sexuelle qui satisfait la faim en générant du plaisir. Chez l’humain le sexuel ne se limite donc pas aux organes génitaux nécessaires à la procréation (conjonction des 2 sexes – masculin et féminin dans le fait d’engendrer un être humain) mais le sexuel est un ensemble d’activations des zones érogènes qu’est le corps tout entier, qui a pour but l’obtention d’une satisfaction. Freud fit scandale quand il qualifia de sexuelles un ensemble d’activités ou de tendances non seulement qu’il repère chez l’adulte mais aussi chez le nourrisson.

Le but « originaire » de la sexualité argumente Freud est un but de  jouissance, qui n’a rien à faire continue Lacan avec la copulation dans sa finalité de reproduction.

La fonction sexuelle et la libido (énergie psychique des pulsions sexuelles) ne se mettent pas en place d’emblée mais sont soumises au développement physiologique, physique et psychique ; elles traversent une série de phases ou de stades. Freud a mis en évidence les différents stades où la sexualité se structure et qui sont les lieux des zones érogènes révélées par le plaisir qu’elles provoquent lorsqu’elles sont sollicitées. Les stades oral, anal, phallique et génital sont ces stades que souligne Freud qui vont se révéler être autoérotiques.

Dès la petite enfance – dit Philippe Breunot – le sexe s’apprend entre liberté, pulsion et interdit. Dans toutes les cultures il existe des règles pour limiter les excès du sexe, qui, si tout était autorisé, perturberait la bonne marche de la société. L’humain se structure sur la limitation à la jouissance. Et sur des interdits : de l’inceste, du meurtre.

Partant de cette constatation il paraît évident que la sexualité se structure et évolue en fonction de critères tels que l’âge, l’éducation, le milieu socio-culturel, etc.

 

Chaque étape de la vie est porteuse d’une réalité sexuelle.

Qui concerne

  • un cycle hormonal qui lui correspond avec transformation physiologique, (puberté, avalanche hormonale transformant la libido;  maternité et ménopause pour les  femmes; andropause pour les hommes  avec le déclin hormonal qui l’accompagne)
  • La sexualité dépend aussi de la manière dont a été abordée la sexualité pendant l’enfance, l’adolescence, au travers des croyances, de l’éducation, des complexes et des tabous.
  • On connaît l’importance du premier rapport sexuel et l’incidence future sur la sexualité. La première expérience peut-être soit traumatisante, soit une révélation qui de toute manière nous marquera.
  • Les choix amoureux sont une réplique des modèles parentaux que nous avons connus.

Qu’est-ce qui fait une sexualité épanouie? De quoi dépend-elle ?

Une sexualité harmonieuse dépendra de nombreux facteurs intérieurs autant qu’extérieurs :

  • elle dépendra des attentes réelles ou supposées des partenaires ;
  • de l’histoire personnelle, des expériences et du tempérament des partenaires.
  • La sexualité peut-être source de malentendus, de conflits, de problèmes relationnels complexes.
  • Ce que j’ai pu constater est qu’une sexualité bien vécue est certainement un des meilleurs outils de développement personnel, un espace de jeu où il n’y a plus dominant ni  dominé, un espace libre et non un lieu de pouvoir.
  • Dans la sexualité épanouie rien n’est jamais figé. Tantôt actif tantôt passif, il est bon de laisser libre court à son imaginaire et de se connecter à ses sens. Tous ses sens.
  • Il est important de bien  se connaître pour être dans le partage, dans l’échange plutôt que de tout attendre du partenaire, ou bien vouloir tout lui donner et ne rien accepter… C’est le cas de certaines femmes qui donnent du plaisir et refusent d’en recevoir.
  • La sexualité se réjouira d’une communication intime, d’attentions et de prévenance.
  • Entre partenaires complices, consentants il est bon de laisser parler les pulsions, de s’autoriser à les vivre. Cela fait partie des expériences qui cassent la monotonie.

Aujourd’hui : est-il vrai que les femmes assument mieux leur désir ? Si celui-ci est en berne vont-elles rechercher la cause de la défaillance ?

Revendiquent-elles plus facilement le droit au plaisir ? S’interrogent-elles s’il est absent ? Cherchent-elles les ingrédients nécessaires à sa montée ?

Quel impact de la complicité, de la tendresse, de l’autoérotisme (encore tabou chez nombreuses femmes). L’appropriation de son corps et de son plaisir.

L’un des motifs de consultation est la plupart du temps lié à la perte du désir, à l’absence du plaisir et d’orgasme mais aussi à la peur par les plus jeunes de la pénétration.

Avoir une sexualité épanouie c’est d’abord se sentir désirable mais pour cela il faut s’aimer, avoir sur soi un regard aimable.

C’est aussi apprendre du temps qui passe, s’en faire un allié et non un ennemi ; ne pas s’affaisser en même temps que l’ovale du visage.

Pour les hommes, la plupart du temps c’est l’éjaculation précoce qui les amène à consulter (quelque soit l’âge); des érections faibles ou inexistantes. Nous avons vu dans différentes sessions les solutions à apporter à ces états.

Doit-on rappeler que la pénétration n’est pas forcément l’attente des femmes, même si les hommes ont besoin de cela pour être en confiance et se sentir virils ; ne pas négliger des préliminaires qui exciteront, mettront en appétit en faisant de la relation un moment ludique et épanouissant.

Les hommes d’aujourd’hui savent montrer leur tendresse et faire que la sexualité du couple soit un partage et un lieu de régénération, une recharge de l’énergie vitale ; ils sont moins dans la performance…

Ce qu’il faut savoir : Il n’y a pas d’âge pour avoir une sexualité épanouie, l’expérience aide mais ne fait pas tout ; créer ou réinventer une ambiance sensuelle « étonnez-moi, Benoît ! » Le dialogue, l’échange sont indispensables pour être épanoui sexuellement.

La sexualité et les médias

Les médias influent sur la sexualité avec des injonctions à se comporter de telle manière, à obéir au prêt à consommer, à l’obligation de jouissance dont chaque magazine fait état.

La sexualité est affaire de chacun, elle n’a pas à obéir à des normes.

Avoir une sexualité épanouie est un art de vivre qui se conjugue au quotidien et en chaque instant et la chambre à coucher n’est pas le seul espace pour l’exprimer.



 

?

Un avant goût de la séance avant le compte rendu qui sera rendu lorsque j’aurais récupéré la vidéo. Ambiance orchestrée par une majorité d’hommes (une fois n’est pas coutume, leur nombre était supérieur à celui des femmes)  dont un docteur, doyen de la rencontre, qui fêtait ce jour là ses 84ans. Comme quoi il n’y a pas d’âge pour parler sexualité et certainement la vivre avec beaucoup de tendresse quand les fonctions physiques et physiologiques ne sont plus à l’unisson des ardeurs psychiques. Évoquant la tendresse constatée parmi la génération des quadragénaires, le docteur partant d’un constat scientifique, questionne « ce peut-il que les hommes se féminisent, perdent leur agressivité, à cause des hormones introduites dans la viande ?  » La question reste posée et il serait intéressant d’y répondre.

Donc, il y avait ce soir là l’Uruguay en la présence de Jaime; humaniste parcourant le monde Jaime fait tous les ans son escale estivale à Cannes, ville-cure-de-jouvence puisqu’il a rajeuni, dit-il, quand il en repart. Ses questions « apprend-on à apprendre ? Quelle éducation sexuelle en France comparée à l’Uruguay ?  Droit à l’avortement depuis quand ? Différence culturelle entre la France et l’Uruguay.

C’est toujours un plaisir pour moi de retrouver « les anciens » qui ayant pu se libérer se replongent avec intérêt dans le débat. Merci à Pascale, toujours pertinente dans ses paroles, merci à son compagnon. Frédéric dont la timidité ose s’aventurer un peu plus loin en participant à « l’after ». Le Sud Ouest était de retour avec l’accent chantant de Joëlle accompagnée par la sagesse, l’empathie de son partenaire.

Marianne, toujours fidèle au sex-o-café, témoigne d’une sexualité de sexagénaire heureuse qui n’a rien à envier à la quarantaine où elle a laissé la honte et les tabous. Valérie toujours discrète approuvant les dires sur la pointe d’un sourire et d’un hochement de tête.

Il y avait aussi les heureux, comme Gérard qui  pu participer grâce à la pause de la chorale. Yves habitué à couper les cheveux en quatre nous fit part de son besoin de trouver une femme qui le fasse vibrer, ne peut entrevoir la relation qu’avec une femme qu’il aime…

« Nous sommes comme un triangle ? avec la naissance, une montée et une descente; la descente est la pente sur laquelle est la plupart d’entre nous ce soir. » (L’homme qui a dit cela ne c’est pas présenté je ne peux donc le nommer.)

Effectivement, il était  étonnant (mais enrichissant) de faire un état des lieux de la sexualité après 40ans qui en définitive a attiré des participants sur le versant de la descente la moyenne d’âge étant très élevée. C’est cette même constatation faite parmi les témoignages qui m’ont été adressés, uniquement des femmes de plus de 60ans; hier soir beaucoup de messieurs avaient dépassé la quarantaine depuis longtemps.

Ce qui a été constaté dans le discours ambiant c’est que l’attitude des hommes aurait beaucoup évolué; que l’éducation sexuelle fait défaut; qu’il est important d’être en accord avec son corps, son âme; que la tendresse, l’empathie et l’adaptation au partenaire est nécessaire autant que le respect mutuel, l’écoute, le partage.

Qu’il ne faut pas prendre comme argent comptant ni appliquer à la lettre l‘injonction de jouissance que véhicule les médias…

Très vite, la suite de ce qui s’est dit…

Passez un bon weekend.